Cet article date de plus de trois ans.

En Chine, des caméras vous identifient "même après une opération chirurgie esthétique"

écouter (3min)

En Chine, les caméras de surveillance, déjà nombreuses, sont appelées à se multiplier et à s'étoffer de reconnaissance faciale. Une identification envahissante redoutée par les défenseurs des libertés.  

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des appareils de reconnaissance faciale à la gare de Guangzhou en Chine, le 29 janvier 2018. (WANG ZICHENG / IMAGINECHINA / AFP)

En Chine, 176 millions de caméras surveillent la population. Selon l’institut de recherches IHS Market, leur nombre bondira à 626 millions d’ici 2020, alors qu'une partie du matériel est déjà équipée d’un logiciel de reconnaissance faciale. Cette avancée permise par l'intelligence artificielle ne manque pas d'inquiéter les défenseurs des libertés et des droits humains.  

Des applications déjà possibles

À la China Merchants Bank, dans l’ouest de Pékin, les clients n’ont pas besoin de leur carte bancaire pour retirer de l’argent. Il leur suffit de se placer face à une caméra pour montrer leur visage. Meng Xin, l’une des directrices de cette banque, présente fièrement la machine qui permet d’effectuer plusieurs opérations bancaires grâce à la reconnaissance faciale. "Le visage est scanné directement, explique-t-elle. Il ne faut pas dissimuler les sourcils, ni se placer en contrejour. Le numéro du téléphone portable du client est vérifié, ainsi que les données qu'il a enregistrées à l'ouverture du compte bancaire." Meng Xin explique que les billets sortent très rapidement, en 10 à 15 secondes. Le client gagne du temps, dit-elle, mais le plus intéressant, c'est la sécurité. 

Une machine à déjouer les pièges

Si on a donné à la banque une photo sur laquelle on est plus jeune, la reconnaissance faciale fonctionne sans aucun souci, affirme Li Ping, une autre responsable de China Merchants Bank. "La machine reconnait un visage en analysant le placement des traits faciaux, ainsi que l’angle et les lignes du visage", indique-t-elle. 

À l’œil nu, on ne distingue pas certains jumeaux, mais l’appareil en est capable.

Li Ping, de la China Merchants Bank

à franceinfo

L'appareil équipé de la technique de la reconnaissance faciale peut aussi déjouer les transformations. "Il peut identifier avec une haute précision une personne, même après une opération de chirurgie esthétique", affirme Li Ping. 

Une "base gigantesque" en ligne de mire

En plus du retrait bancaire, les applications à venir, dans la vie quotidienne sont vastes. C'est ce que redoute Nicholas Bequelin, directeur régional de l’organisation Amnesty international, basé à Hong Kong. "Le ministère de la Sécurité publique est en train de monter une base gigantesque de reconnaissance faciale", assure-t-il. Elle permettra un suivi, quasiment en temps réel, pour prendre le train, le métro, rentrer dans un building, payer dans un restaurant."     

Gain de temps, facilité, tranquillité, la technologie de la reconnaissance faciale a aussi des avantages, mais en Chine, il n’existe aucune plateforme pour émettre un avis sur l’équilibre entre sécurité et respect de la vie privée. Souriez ou ne souriez pas, de toute façon vous êtes filmés et maintenant identifiés.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers En direct du monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.