En direct du monde, France info

Deux femmes militaires américaines sont de véritables guerrières

Deux membres de l'US Army ont fait l'histoire la semaine dernière aux États-Unis. Elles sont devenues les deux premières femmes à boucler la redoutable formation de la Rangers School de l'US Army à Fort Benning en Géorgie. C'est une nouvelle ouverture pour les forces armées américaines, longtemps hermétiques au changement.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Les deux femmes de l'US Army qui font partie désormais de l'élite © Reuters Pictures)

 "Pionnières", c'est exactement le terme employé par Ashton Carter, le ministre américain du ministère de la Défense. Il a salué le lieutenant Shaye Haver, pilote d'hélicoptère de 25 ans et le capitaine Kristen Griest, 26 ans. Cette membre de la police militaire a reconnu qu'elle avait ressenti une grosse pression pendant la formation. Elle savait que son succès ou son échec pourrait déterminer l'avenir d'autres femmes chez les Rangers.

Elles étaient 19 au départ de cet entraînement. Haver et Griest sont les 2 seules à être allées au bout, même si une 3e pourrait les rejoindre si elle passe les derniers tests.

Tout le monde n'est pas forcément ravi de leur réussite, y compris chez les Rangers. Certains estiment que l'incorporation des femmes conduira à une baisse des standards d'excellence de cette unité d'élite. Sauf que les deux jeunes femmes n'ont eu le droit à aucun traitement de faveur et qu'elles n'en ont pas demandé. Un de leur camarades d'entraînement était sceptique mais quand il s'est retrouvé en difficulté et qu'il a été aidé par l'une d'entre elles, il a changé d'avis.

Et c'est un entraînement particulièrement difficile, n'est-ce pas?

L'une des devises des Rangers, c'est "J'accepte que mon pays attende de moi d'aller plus loin, plus vite et de combattre plus dur que n'importe quel autre soldat ". Cela vous donne une idée du niveau d'exigence. Pendant 62 jours, vous passez tout votre temps avec un sac de 40 kilos sur le dos, avec le minimum possible de nourriture mais aussi de sommeil. Parmi les épreuves imposées, vous devez boucler huit kilomètres de course en 40 minutes et 20 kilomètres de marche en trois heures. Pendant 27 jours, vous patrouillez en montagne, en forêt et dans les marais. Le lieutenant Haver a raconté que c'était dur mais que voir ses camarades souffrir autant qu'elle lui a donné des forces. La formation des Navy Seals -la troupe d'élite qui s'est occupé d'Oussama Ben Laden- ou celle de l'infanterie des Marines, sont parait-il encore plus éprouvantes et elles ne sont toujours ouvertes aux femmes.

 Justement, il y a du changement dans l'air dans l'armée américaine

Depuis 2013, l'administration Obama pousse pour que les femmes aient à terme accès à tous les postes possibles dans l'armée. Ce n'est pas encore le cas. Aujourd'hui, les femmes composent 15% des effectifs. Elles ont été 280.000 à participer aux opérations en Irak et en Afghanistan. Les 4 corps des forces armées - la Navy, l'Air Force, l'Army et les Marines- doivent soumettre leurs recommandations avant la fin de l'année et demander d'éventuelles exemptions. Les Marines ont l'air particulièrement opposés à cette idée d'ouverture totale, surtout pour des positions sur le front.

L'accomplissement du lieutenant Haver et du capitaine Griest est en tout cas une étape supplémentaire. Vendredi, la remise de diplômes a eu lieu devant une cinquantaine de femmes officiers diplômées de West Point. Cette prestigieuse école militaire ne s'était ouvert aux femmes que dans les années 80. Ces femmes officiers, ont tenu à faire le déplacement, parfois de l'autre bout du pays, pour saluer leurs sœurs d'armes.

(Les deux femmes de l'US Army qui font partie désormais de l'élite © Reuters Pictures)