En direct du monde, France info

Aux Pays-Bas, une entreprise recrute sans CV, il suffit de se présenter à l’accueil

L'entreprise MamaLoes embauche les candidats qui se présentent sur une liste d'attente. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le drapeau des Pays-Bas à Amsterdam en 2015. 
Le drapeau des Pays-Bas à Amsterdam en 2015.  (REMKO DE WAAL / ANP)

Et si vous oubliiez les CV, les lettres de motivation ou encore les entretiens ? À Tilbourg, aux Pays-Bas, une entreprise de vente en ligne de produits pour bébés s’est mise à l’embauche libre. Il suffit d’être inscrit sur une liste d’attente.

Une période d'essai d'un mois 

Pour postuler, vous avez juste besoin de passer à l’accueil de l’entreprise, vous prenez un stylo et l’affaire est presque jouée. Comme l’explique Loes de Volder, la chef de MamaLoes : "Les gens remplissent leur nom, numéro de téléphone et adresse mail. Les gens indiquent s’ils peuvent soulever dix kilos, rester debout pendant quatre heures. Et c’est bon, ils sont embauchés". 

Les premiers arrivés sont ainsi les premiers servis. Ils ont ensuite une période d’essai d’un mois pour vérifier que tout se passe bien, puis des premiers contrats de sept mois. 

Certains profils sont prioritaires

Officiellement, aucun profil n'est privilégié. Cependant, l’entreprise MamaLoes dit quand même vouloir, grâce à ce système, recruter en priorité les personnes marginalisées sur le marché du travail. C'est le cas notamment des quinquagénaires comme Pierre qui emballe les paquets ici depuis juin dernier. "Mon CV était très ancien, je ne suis plus des plus jeunes. Les entreprises cherchent des jeunes. Ici, ils ne regardent pas tout ça, ton âge ne les intéresse pas. Si tu peux travailler et soulever dix kilos, là, tu peux venir travailler", explique-t-il. 

Ce n’est pas juste par altruisme que cette entreprise embauche de cette façon. Selon Loes de Volder, les personnes marginalisées sur le marché du travail seraient plus loyales et prêtes à travailler plus que les autres. Les Pays-Bas sont aussi dans une période de chômage très bas avec seulement 3,5% de chômeurs dans le pays. Ce concept doit aussi permettre de lutter contre la forte pénurie de main-d’œuvre qui sévit dans plusieurs secteurs.

Le drapeau des Pays-Bas à Amsterdam en 2015. 
Le drapeau des Pays-Bas à Amsterdam en 2015.  (REMKO DE WAAL / ANP)