Cet article date de plus de quatre ans.

Au Royaume-Uni, des camions de dégrisement pour désengorger les urgences durant les soirs de fête

écouter (4min)

Au Royaume-Uni, le service national de santé a mis en place des unités mobiles de dégrisement pour désengorger les services d'urgence. Si cela permet de gérer les alcoolisations excessives des soirs de fête, la mesure ne fait pas l'unanimité.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une femme ivre dans les rues de Newcastle, le 3 mai 2009. (NIGEL RODDIS / REUTERS)

Pour gérer les fêtards trop alcoolisés lors de la nuit de la Saint-Sylvestre, le service national de santé du Royaume-Uni a mis en place des unités mobiles de dégrisement. L'objectif : désengorger les services d'urgence, pris d'assaut par des réveillonneurs intoxiqués. En effet, environ 15% des visites aux urgences sont dues à une consommation excessive d’alcool et cela peut monter jusqu’à environ 70% les vendredi et samedi soirs.

Des camions sanitaires sillonnent donc les rues pour prendre en charge les personnes mal en point. Dans certaines villes, ces camions, qui sont équipés de plusieurs lits, de douches et de matériel médical d’urgence, sont également utilisés pour venir en aide aux personnes vulnérables. À Newcastle, par exemple, la police locale finance une partie de ces unités et mobilise un officier de police pour venir en aide à la population. 

16 camions sillonnent le Royaume-Uni

Le chef du service national de santé - le NHS England - voudrait installer ces "drunk tanks", ces camions de dégrisement dans la plupart des grandes villes. Pour l'instant, il en existe 16 à travers le Royaume-Uni. Ils sont d’habitude utilisés les soirs de fêtes mais plusieurs villes les exploitent toute l’année, notamment Newcastle, Cardiff, Manchester et Bristol.

Pourtant, ce dispositif ne fait pas l'unanimité. En effet, certains médecins pensent que ces "drunk tanks" véhiculent l’idée que le NHS fournit un endroit sûr pour les personnes ivres. Selon eux, cela revient à dire que le gouvernement cautionne la consommation excessive d’alcool. En plus de cela, ces médecins assurent que cela ne résout pas entièrement la problématique, puisque les personnes intoxiquées et même parfois gravement blessées devront tout de même être envoyées aux urgences, car le personnel sur place est restreint aux premiers secours. 

Révélateur des failles du système de santé

Les oppositions liées à ces "drunk tanks" mettent en lumière le problème d'alcoolisation excessive qui sévit au Royaume-Uni. Elles révèlent également les failles du système de santé, notamment des services d’urgences qui fonctionnent déjà à flux tendus. Le temps d’attente aux urgences ne cesse en effet d’augmenter. Les hôpitaux manquent cruellement de place et de personnels et une personne qui a abusé de l'alcool nécessite un lit, a souvent besoin d'une chambre pour être à l'écart du public et nécessite beaucoup d’attention du personnel médical.

Le chef du NHS England souhaiterait que les Britanniques prennent en considération ces difficultés et essaient de limiter leur consommation pour ne pas finir dans un état qui requiert une assistance médicale. Il rappelle également que le NHS signifie "national health service" et non "national hangover service", ce que veut dire "système national de sante" en anglais et non "système national de dégrisement". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.