Du côté des étoiles, France info

Un océan sous la banquise d'Encelade ?

La sonde américaine Cassini a peut-être détecté l'étendue liquide qui se cacherait sous la banquise d'Encelade, l'un des plus fascinants satellites de la planète Saturne.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Encelade est l'un des plus gros de la soixantaine de satellites qui tournent autour de la planète aux anneaux . Mesurant 500 kilomètres de diamètre, très léger - sa densité dépasse à peine 1.6 - Encelade est couvert d'une épaisse couche de glace. Soumis aux perturbations gravitationnelles de la dizaine d'autres grands satellites qui tournent autour de Saturne, Encelade est déformé, chauffé et révèle une géologie très complexe : si par endroits, sa surface est creusée de cratères d'impacts, des régions entières paraissent extrêmement jeunes, dénuées d'impacts. Ces régions, qui s'apparentent à une véritable banquise, sont couvertes de failles, de fissures, de rides. Elles fascinent les chercheurs depuis qu'elles ont été découvertes par les sondes américaines Voyager, au début des années 1980.

Lorsque, en 2005, la sonde Cassini a découvert au pôle sud d'Encelade d'immenses geysers, constitués de cristaux de glace, la question de la source de ces geysers, qui s'élèvent à plus de 100 kilomètres d'altitude s'est posée...

Il semble que les planétologues aient trouvé la réponse . En étudiant la trajectoire de Cassini durant ses survols d'Encelade, les spécialistes ont pu mettre en évidence des couches de densités différentes dans le sous sol d'Encelade. D'après eux, au pôle sud, d'où jaillissent les geysers, la banquise mesure environ 30 à 40 kilomètres d'épaisseur. C'est sous cette couche de glace qu'existerait une étendue d'eau liquide, lac, mer, océan, peut-être, de 10 kilomètres de profondeur. Cet océan, constitué d'eau liquide et salée, constitue un fantastique, mais hélas, inaccessible aujourd'hui, laboratoire de chimie ou de biologie...

(©)