Cet article date de plus de sept ans.

Eric de Montgolfier passionné d'Histoire romancée

écouter (6min)
Le procureur de la République lit le dernier roman de Pierre Assouline "Sigmaringen". L'ouvrage revient sur ces derniers mois avant la fin de la Seconde guerre mondiale, qui ont vu le Marcéhal Pétain et son gouvernement se sont retrouvés prisonniers des Allemands, à Sigmaringen. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

 

Le magistrat, désormais à la retraite, "adore les livres qui parlent d'Histoire". Mais il regrette que l'écriture des historiens ne soit pas toujours à la hauteur de leur connaissance.Eric de Montgolfier préfère donc 'l'Histoire romancée' aux livres d'Histoire. "Ca apporte une meilleure vision du présent, et sans doute du futur. Quand la Russie annexe la Crimée, c'est difficile de ne pas se référer aux annexions de l'Autriche par l'Allemagne nazie. Nos politiques ont oublié de lire les livres d'Histoire." Au cours de sa carrière, l'ancien Procureur a subi de nombreuses pressions. Lorsqu'il était en charge de l'affaire OM-VA, puis qui il a du 'faire le ménage' dans la justice niçoise. "Dans ces moments-là, la lecture de ces ouvrages historiques aide à résister. Vous voyez s'affairer autour de vous des gens dont l'Histoire vous apprend qu'ils ne seront plus rien."Aujourd'hui retraité, Eric de Montgolfier lit beaucoup plus. "Je rattrape le retard pris sous la pression des affaires et du devoir." De préférence le soir, avant de dormir. Pour le magistrat, mieux vaut un bon bouquin qu'une camomille : "Je n'éteins jamais la lampe avant d'avoir lu quelques pages. Je trouve que ça donne un sommeil paisible, on s'endort avec les personnages et l'histoire qu'on est en train de lire. Ca donne un sommeil paisible."Le magistrat, désormais à la retraite, "adore les livres qui parlent d'Histoire". Mais il regrette que l'écriture des historiens ne soit pas toujours à la hauteur de leur connaissance. Eric de Montgolfier préfère donc 'l'Histoire romancée' aux livres d'Histoire. "Ca apporte une meilleure vision du présent, et sans doute du futur. Quand la Russie annexe la Crimée, c'est difficile de ne pas se référer aux annexions de l'Autriche par l'Allemagne nazie. Nos politiques ont oublié de lire les livres d'Histoire." 

Au cours de sa carrière, l'ancien Procureur a subi de nombreuses pressions. Lorsqu'il était en charge de l'affaire OM-VA, puis lorsqu'il a dû 'faire le ménage' dans la justice niçoise. "Dans ces moments-là, la lecture de ces ouvrages historiques aide à résister. Vous voyez s'affairer autour de vous des gens dont l'Histoire vous apprend qu'ils ne seront plus rien."

Aujourd'hui retraité, Eric de Montgolfier lit beaucoup plus. "Je rattrape le retard pris sous la pression des affaires et du devoir." De préférence le soir, avant de dormir. Pour le magistrat, mieux vaut un bon bouquin qu'une camomille : "Je n'éteins jamais la lampe avant d'avoir lu quelques pages. Je trouve que ça donne un sommeil paisible, on s'endort avec les personnages et l'histoire qu'on est en train de lire. Ca donne un sommeil paisible."

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.