La jeune kayakiste Marjorie Delassus n'a pas froid aux yeux

Marjorie Delassus est vice-championne d'Europe de slalom en canoë kayak. Elle attend avec impatience les Jeux de Paris 2024 pour étoffer ce tout nouveau palmarès.
Article rédigé par Théo Curin, Fabrice Rigobert
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
Marjorie Delassus et Théo Curin, devant le plan d'eau vive de Vaires-sur-Marne. (FABRICE RIGOBERT / FRANCEINFO)

Le vice-champion du monde de para-natation Théo Curin nous fait entrer dans les coulisses des JO de Paris 2024. Nous retournons aujourd'hui au stade d'eau vive de Vaires-sur-Marne. Théo y retrouve Marjorie Delassus, une spécialiste du slalom en canoë kayak, la discipline du triple champion olympique Tony Estanguet, (président du Comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024).

"Ici c'est le bassin sur lequel je m'entraîne quotidiennement, et c'est celui qui servira pour les Jeux en 2024 !" s'enthousiasme celle qui a été vice-championne d'Europe l'an dernier, sa première médaille internationale chez les séniors.

"On pense aux Jeux à chaque entraînement. 500 jours, c'est à la fois encore loin, mais déjà tout proche. J'ai vraiment hâte." Céiste (spécialiste du canoé) et kayakiste, elle n'a pas froid aux yeux et vise d'emblée une médaille pour sa deuxième participation à des épreuves olympiques après une quatrième place à Tokyo.

Depuis plusieurs mois déjà, Marjorie Delassus s'entraine à Vaires-sur-Marne, dans le bassin d'eau vive où se dérouleront les épreuves du slalom en canoë kayak. (FABRICE RIGOBERT / FRANCEINFO)

Kiné et gendarme

Marjorie a commencé le slalom dès l'âge de 8 ans, dans les Alpes, où elle a grandi. Petit à petit, elle a pris goût à la compétition et a pu accéder au pôle Espoir et maintenant au pôle France. "Pouvoir nous entraîner là où auront lieu les épreuves, représente un atout considérable, estime l'athlète. Dans notre discipline, nous devons nous adapter en permanence, donc bien connaître les mouvements d'eau est un plus incontestable."

La jeune femme vit son sport en famille, puisqu'elle est l'aînée d'une fratrie de quatre enfants qui sont tous des kayakistes de haut niveau. Marjorie Delassus vient d'obtenir un diplôme de kinésithérapeute, et elle travaille à la Gendarmerie nationale. Mais pour l'instant, elle met sa vie professionnelle entre parenthèses pour se consacrer à l'objectif de l'été 2024.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.