Cet article date de plus d'un an.

TikTok, Roblox, Fortnite : la jeunesse dans le viseur des complotistes

S’ils sont encore minoritaires, certains jeunes Français semblent clairement être plus méfiants et sensibles à la désinformation que leurs aînés. Sont-ils aujourd’hui devenus une cible privilégiée de la complosphère ?
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Un adolescent ouvre l'application TikTok sur son smartphone. Photo d'illustration. (JENS KALAENE / DPA-ZENTRALBILD / AFP)

Les jeunes sont-ils plus perméables aux théories du complot ? De nombreuses études, dont une récente de l'Ifop, s'intéressent aux 11-24 ans et à leur porosité au complotisme. Et s'ils sont encore très minoritaires, certains jeunes semblent être plus sensibles aux fake news qui peuvent circuler sur les réseaux sociaux.

"Ce qu'on voit sur les théories du complot, c'est qu'effectivement, il y a une capacité immédiate à croire à ces choses-là deux à trois fois plus grande chez les moins de 25 ans que chez les plus de 65 ans, explique Rudy Reichstadt. Ce qui est intéressant, ce n'est pas tant les chiffres en soi, c'est-à-dire combien de jeunes croient à ces choses-là,  ce sont plutôt les écarts. Je trouve que les écarts nous disent quelque chose d'une imprégnation de la jeunesse par l'imaginaire complotiste."

TikTok, Instagram, nids de vidéos complotistes ?

Le réseau social TikTok, utilisée par 52% des 16-25 ans en 2022, selon Diplomeo, regorge de vidéos complotistes. Et c’est un réseau social utilisé en majorité par les jeunes. Dans son rapport sur la lutte contre la désinformation, réclamé par la Commission Européenne et publié le 9 février, le réseau social chinois révèle avoir démantelé un réseau de désinformation russe visant le public jeune européen. "Près de 1 700 comptes visant le public européen avaient été suspendus, explique Tristan Mendès France. Des comptes qui avaient produit du contenu différentes langues, en utilisant de l'intelligence artificielle pour générer des voix de synthèse adaptées à chacun des pays."

Le rapport pointe aussi la désinformation liée au Covid-19 : plus de 1 800 vidéos de désinformation, ainsi que 800 000 faux comptes agrégeant près de 18 millions de vues, ont été identifiés. "Donc on voit bien que TikTok est un centre phénoménal de diffusion de désinformation et de théories complotistes auprès des plus jeunes", pointe Tristan Mendès France qui revient sur le "pizza gate", revenu en 2020.

Au-delà de ces vidéos, des influenceurs peuvent aussi diffuser des propos complotistes. Jusqu'à parfois être rémunérés pour diffuser des messages de propagande sur la guerre en Ukraine, révélait The Insider dans son enquête.

Des théories du complot dans la culture gaming

Les jeux vidéo sont aussi une opportunité pour les promoteurs de désinformation. Une enquête du magazine Wired sur le jeu vidéo free-to-play phénomène Roblox, publiée en 2021, affirmait que des militants d'extrême droite infiltraient la plateforme, créant des univers avec les codes liés au nazisme ou à la suprématie blanche. D'autres exemples existent sur Fortnite et sur Discord.

"Tous ces promoteurs de désinformation utilisent à la fois les plateformes et les codes des jeunes générations pour essayer de les atteindre et de les convertir très en amont parce qu'ils savent que plus tard, ils seront peut-être des acteurs idéologiques sur lesquels ils pourront s'appuyer", estime Tristan Mendès France.

"On ne peut pas finir sur une note trop pessimiste parce que, finalement il faut se dire qu'à 18 ans, rien n’est joué définitivement, on a affaire à des esprits en formation qui vont encore évoluer, tempère Rudy Reichstadt. Et puis l’adolescence est l’âge de la transgression de la parole adulte, des paroles d’autorité. Mais on peut aussi imaginer que les jeunes étudiants ont été particulièrement fragilisés par la crise du Covid-19, avec des phénomènes de désocialisation parfois très rapides. On peut penser que la fragilité économique et sociale."

"TikTok, Roblox, Fortnite : la jeunesse dans le viseur des complotistes", c'est le 42e épisode de Complorama avec Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, et Tristan Mendès France, maître de conférence et membre de l'observatoire du conspirationnisme, spécialiste des cultures numériques. Un podcast à retrouver sur le site de franceinfo, l'application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcasts, Podcast Addict, Spotify ou Deezer.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.