Circulez, il y a le monde à voir, France info

Les constructeurs amateurs d'avions et de ballons

Chaque année les constructeurs amateurs d'avions se retrouvent dans un rassemblement d'avions prototypes ou d'avions de collection. Ce Fly'in a lieu ce weekend jusqu'à demain soir sur l'aérodrome de Blois dans le Loir-et-Cher. En fonction de la Météo, plus de 1 000 avions venant de toute l'Europe y sont attendus.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

La construction amateur est une vieille tradition française.
On adore bricoler tout ce qui roule, flotte ou vole. De la Jamais
contente
, la 1ere voiture électrique en 1889, au Blériot
XI
qui traversa la Manche en
1909, ces passionnés ont toujours montré la voie des initiatives  
individuelles. 

Le 1er des constructeurs
amateurs a
certainement été le franco-brésilien Santos-Dumont qui, à Paris il y a
plus de
100 ans, construisait la Demoiselle ,
un petit avion léger et solide (en bambou) pas cher et accessible au
plus grand
nombre puisque les plans étaient offerts gratuitement.

Mais l'aviation dite populaire est née avec le
front du même nom en 1936, grâce à Henri Mignet, inventeur du Pou du
ciel
, une machine simple à
construire et facile à piloter. Alain Mignet,
son petit-fils, nous explique l'engouement mondial suite à la
publication de
l'ouvrage de son grand-père Le
sport de l'air
qui contient tous les plans et mode d'emplois de
construction et de pilotage.

Son Pou du ciel
par sa simplicité, sa facilité de pilotage (il ne décroche pas), son
prix équivalent
à une moto, en ont fait un succès mondial. Grâce à lui, naît une
aviation populaire. "Si
vous savez clouer une caisse, vous pouvez construire un Pou du ciel "
disait-il.  

En france, cette aviation populaire perdure plus que
jamais.
Elle est coordonnée par la fédération des réseaux des sports
de l'air (RSA)
. Son président Hédi Belage nous indique que plus de 2500 avions de constructions
amateur volent en France, soit autant que les avions construits en
série. Cet engouement s'est accéléré avec les Kits et la réglementatin
qui va avec.

Paradoxalement il est plus facile de faire certifier
un avion en construction amateur qu'une voiture.

La France, toute
proportion gardée, possède la plus grande flotte au monde d'avions
construits
par des amateurs. Cela permet également de voler d'une façon très
économique. Exemple : la Souricette , un monoplace construit par
des jeunes dans des chantiers de formation-insertion (les Ailes de la
ville) coûte moins de 5 000€ et consomme moins de 2 litres aux 100kms.

Environ 2 500 avions sont ainsi en circulation, dont un
nombre important de répliques et d'avions de collection.

Le plus grand meeting du monde des constructeurs amateurs a lieu
chaque année au mois de juillet aux  Etats-Unis, à
Oshkosh dans le Wisconsin aux Etats-Unis.

Organisé par l'EAA (Experimental Aeronautical
Association)
, il rassemble plus de
10 000 avions qui viennent des Etats-Unis mais aussi du monde entier. Un million
de visiteurs se retrouvent dans ce qui est considéré comme "La Mecque de
l'aviation".

Pour autant, la construction amateur est chronophage. Hédi
Belage nous raconte qu'il sagit le plus souvent d'une passion partagée en
couple, sinon on risque de voir se multiplier ce genre d'annonce parue dans un
journal aéronautique : "à vendre avion en cours de finition,
Jacqueline revient !"

Mais la construction amateur ne
concerne pas que les avions. On construit également des hélicoptères, des
planeurs, et même des ballons. Vincent Leys et son frère ont non seulement
construit leur ballon, mais ils ont gagné les championnats du monde de
distance avec.

Ces championnats, sous le nom de "Gordon Bennett", ont été
créés en 1906 à Paris (départ des Tuileries) et le règlement est simple :
tout le monde part en même temps et celui qui va le plus loin a gagné. Ainsi
les frères Leys ont gagné cette course en 1997, ce qui n'était pas arrivé à la
France depuis 1912 !

Depuis, ils ont gagné 6 fois cette
compétition et toujours avec un ballon construit de leur propres mains. Un fait
unique au monde.

La construction amateur,
spécificité française, est d'une grande richesse qui, mise en réseau, fait des
merveilles. Et nos collectivités et industriels feraient bien, comme le fait la
Nasa ou Boeing aux Etats-Unis, de s'en
inspirer.

Burt Rutan a ainsi conçu des
machines de rêve, y compris l'accès à l'espace avec Virgin et les vols
suborbitaux.

De plus, c'est en s'appuyant sur ces réseaux en
collaboration avec les musées, qu'il est possible de maintenir en état de vol nombre
d'appareils de collection : une passion au service du patrimoine, une passion peu
connue qui ne demande qu'à être partagée.

 

 

 

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)