Cinq jours à la une, France info

Vingt ans de déclin des abeilles

Depuis 20 ans, les abeilles sont victimes du syndrome d'effondrement des colonies. Dans certaines régions du monde, le taux de mortalité des abeilles atteint 80 %. Les apiculteurs découvrent des tas d'abeilles mortes devant les ruche.

(©)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Aujourd'hui,
la communauté scientifique est assez unanime pour expliquer les causes de cette
surmortalité des abeilles : la destruction des habitats avec la monoculture, les
prédateurs comme le frelon asiatique, les maladies, mais aussi les produits
phytosanitaires.

Pour les
apiculteurs, 20 ans après le début du fléau, il est temps d'agir. Quitte à
revoir certaines pratiques agricoles. D'autant que les abeilles rendent un
énorme service à l'homme : elles polinisent nos arbres
fruitiers, nos tomates, nos courgettes, nos cultures oléagineuses. Elles nous
procurent 35% de notre alimentation. Les chercheurs de l'Inra ont chiffré à 153
milliards d'euros par an les services rendus par les abeilles à l'agriculture
mondiale.

Depuis
2005, l'Union nationale de l'apiculture française a lancé l'opération
"Abeille, sentinelle de l'environnement" pour protéger les insectes
pollinisateurs mais aussi leur récolte de miel en chute libre.

Depuis, des
centaines d'entreprises et de collectivités ont installé des ruches ou planté
des parterres de fleurs mellifères pour maintenir en vie les abeilles.

(©)