Cet article date de plus de huit ans.

Un enfant à tout prix : le "bébé business"

écouter (5min)
L'argent est au cœur du dernier volet de notre feuilleton. Combien certains couples sont-ils prêts à débourser pour devenir parents ? Quel business se cache derrière ce désir absolu d'enfants ? L'enquête d'Alice Serrano.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Ce n'est pas toujours évident d'avoir
un enfant. Certains couples sont obligés de faire appel à des techniques
médicales, telles que la fécondation in vitro ou la Procréation médicalement
assistée (PMA). Et cela à un prix.

Eric et sa femme ont dépensé 5.000 euros pour une fécondation in vitro avec don
d'ovocytes en Belgique. Si l'essai s'avère infructueux, ce cadre de 41 ans, est
prêt à faire appel à une mère porteuse aux Etats-Unis, qu'importe le prix ! Ils
feront tout pour avoir un enfant, comme Dominique et Sylvie. Ce couple a
hypothéqué sa maison pour avoir leurs deux filles Outre-Atlantique. L'opération
lui a coûté au moins 50.000 euros dont la moitié en "dédommagement" pour
la mère porteuse. Officiellement ces femmes ne sont pas rémunérées. 

"L'infertilité n'est pas
faite pour les pauvres !" (Dominique)

La pratique de la Gestation pour
autrui (GPA) dans les pays qui l'autorisent, a un coût que beaucoup ne peuvent
pas s'offrir : "L'infertilité n'est pas faite pour les
pauvres
", résume Dominique Menesson. Pour éviter cette marchandisation du
corps, le don de spermes ou d'ovocytes est gratuit en France contrairement aux
Etats-Unis où il peut rapporter jusqu'à 10.000 euros. Au Danemark, il est
indemnisé 35 euros et revendu parfois 20 fois plus cher par Cryos, une banque de
spermes fondée par l'homme d'affaires, Ole Schou, qui se justifie : "Tout
travail mérite salaire. On n'est pas un organisme public, on ne travaille pas
gratuitement !
"

Tourisme médical

Le marché porteur du moment ?
Les célibataires et les couples homosexuels qui sont souvent privés d'aide
médicale dans leur pays. Certaines cliniques l'ont bien compris. Anne-Sophie, en
couple depuis 10 ans avec Anne, a payé 10.000 euros pour plusieurs Procréations
médicalement assistées aux Pays-Bas. Elle s'est sentie victime de ce tourisme
médical : "J'ai le sentiment d'avoir été prise pour le dindon de la
farce ! On nous demandait de payer toujours plus
", explique cette
mère de deux enfants, "il y avait même des packages réservés aux
lesbiennes étrangères souvent plus chers que pour les autres !
"

Pour beaucoup d'associations,
légaliser la PMA pour les homosexuelles et la GPA, porterait
un coup d'arrêt à ces abus.

 

Dominique Menesson auteur de "Interdits d'enfants" Michalon 2008

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.