Cinq jours à la une, France info

Mondial : l'Angleterre n'y croit pas

Cette semaine, dans 5 jours à la Une, la Coupe du monde vue d’ailleurs. Après le Brésil et l’Algérie, voici l’Angleterre, un autre grand pays du football, dont le cœur va battre pendant un mois au rythme du Mondial. Pourtant les supporters anglais ne croient guère aux chances de leur équipe nationale.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Les pubs anglais aux couleurs de la Coupe du monde, comme ici dans le quartier d'Islington, à Londres © RF / Franck Mathevon)

Ils n'y croient pas vraiment. La preuve dans les pubs de Londres : les supporters qui débattent des chances de succès de la sélection anglaise ne se font guère d’illusions.  "Nos chances sont minimes , dit Alister, si on passe les 8e de finale, ce sera déjà bien. La défense n’est pas assez bonne. L’attaque non plus. On ne marque pas assez de buts. Voilà le problème. Notre histoire ne nous permet pas d’espérer mieux que ça."  L’Angleterre a pourtant remporté une Coupe du monde, à domicile en 1966. Mais les fans rigolent quand on leur rappelle cette époque bénie qui leur paraît bien loin.

Les bookmakers ne croient pas non plus en l’équipe de Roy Hodgson dont la victoire finale, à 30/1 peut rapporter gros. Cette sélection 2014 semble un peu trop jeune, inexpérimentée, avec des stars vieillissantes comme Gerrard ou Rooney. Et la poule de qualification est particulièrement relevée avec l’Italie, l’Uruguay et le Costa Rica.

Le football, une religion

Mais ça n’empêche pas le pays qui a inventé le football de se préparer à l’événement.  Les pubs, les boutiques sont habillés aux couleurs du Mondial, et certains fans, comme Richie, ne rateront pas une miette de la compétition : "Le Mondial c’est une expérience unique. Moi je regarderai tous les matches que je peux à la télé. Je resterai debout toute la nuit. J’irai au boulot le lendemain avec des poches sous les yeux et le soir, je remettrai ça et regarderai encore 3 ou 4 matches."

Le football en Angleterre, c’est une religion. "Il coule dans nos veines , estime l’ancien footballeur professionnel Nick Cusack, aujourd’hui vice-président du syndicat des joueurs. Pendant la saison, chaque week-end, chaque samedi, des millions de personnes regardent les matches de championnat. Et l’équipe nationale c’est pareil. Il y a un lien très fort entre les supporters et l’équipe nationale. Je pense qu’il faut vivre en Angleterre pour réaliser à quel point c’est important. Les performances de la sélection nationale affectent vraiment l’humeur générale du pays."

"Le football est roi ici. Et dans les faits, pendant le Mondial, l’Angleterre est presque à l’arrêt."

Les pubs ont même obtenu l’autorisation de fermer plus tard, à 1h du matin, pour que les fans puissent pleinement profiter du Mondial et fêter les victoires de l’Angleterre. A moins que ce ne soit pour noyer son chagrin après les défaites.  

05

(Les pubs anglais aux couleurs de la Coupe du monde, comme ici dans le quartier d'Islington, à Londres © RF / Franck Mathevon)