Cet article date de plus de huit ans.

Le loup, atout touristique

écouter (5min)
Aux alentours de Saint-Martin-Vésubie, dans les Alpes-Maritimes, plusieurs meutes vivent dans la montagne... Si le loup a ses détracteurs, il peut aussi compter sur de farouches défenseurs. Car l'animal représente un argument touristique non négligeable pour la vallée.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Si le loup est maudit par les éleveurs qui se fatiguent des attaques à répétition contre leurs troupeaux, l'animal contribue à l'activité économique de Saint-Martin-Vésubie, petit bourg isolé de 1.400 habitants, à 1h15 de voiture de Nice, perché à 1.000 mètres d'altitude. C'est ici qu'il est réapparu en 1992, dans le vallon de Mollières.

Le loup est un animal craintif, difficile à approcher. S'il est un endroit où l'on peut l'observer presque à coup sûr, c'est au centre Alpha. Un parc animalier de deux hectares où 18 loups vivent en semi-captivité. Thor et Jumelle composent le couple dominant. Derrière les grilles, couchés dans la neige, ils observent le visiteur. Au parc Alpha, le loup fait vivre toute l'année neuf permanents, auxquels s'ajoutent les saisonniers venus en renfort pendant la période estivale. La présence des quelque 54.000 visiteurs annuels donne aussi un coup de pouce à l'économie locale.

Même si l'observation d'un loup en milieu naturel reste exceptionnelle, certains accompagnateurs en montagne emmènent les touristes de passage sur les traces du loup. Parfois, au détour d'un chemin, le petit groupe trouvera une déjection ou les restes d'une carcasse de proie abandonnée par le loup.

Le loup souffre d'être mal connu

Le loup est un animal craint, méconnu. Il suffit de se plonger dans Le petit chaperon rouge ou Les trois petits cochons  pour s'en convaincre. Souvent dépeint comme un terrible prédateur ou un carnassier redoutable, le loup souffre d'être mal connu. Alors, les amoureux de l'animal profitent de la présence des visiteurs pour éduquer et faire de la pédagogie. 

Mais entre les peurs ancestrales, les défenseurs du loup et les partisans de l'éradication de l'animal, l'équilibre est parfois difficile à trouver... En janvier,  la dépouille d'un loup a été retrouvée, empoisonnée, sur les hauteurs du village.

 (Panoramic)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.