Cet article date de plus de huit ans.

Le choix d'Isabelle

écouter (5min)
Isabelle est éleveuse et installée depuis 13 ans avec son mari Vincent à Montredon, dans le Lot. Ensemble ils ont plus de 80 vaches laitières. Ensemble, ils ont affronté les fluctuations du prix du lait. Isabelle a aussi une particularité, de plus en plus partagée dans sa génération : elle n'est pas issue du milieu agricole.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

La traite, l'écornage, les soins en général... Isabelle Rames a tout appris de A à Z quand elle a pris la décision de s'installer comme agricultrice. Avant de rencontrer Vincent et de l'épouser, elle avait été secrétaire et caissière. Elle a grandi en ville. Isabelle Rames n'a jamais regretté son choix. Elle aime son métier et la vie qu'il lui apporte : "Je me sens utile. On nourrit les gens avec notre lait. Et puis j'aime travailler dehors. Je dois me lever tous les matins à 06h pour la traite de 06h15. C'est parfois fatiguant mais je suis toujours heureuse d'aller bosser."

  • "On arrive quand même à partir en vacances chaque année. Et puis de toute façon, quand j'étais petite, on ne partait pas. Je n'avais jamais quitté le lieu où j'ai grandi alors de ce point de vue-là, ça ne m'a pas beaucoup changée..."*

La crise du prix du lait, Isabelle l'a vécue durement, comme la plupart des petits producteurs. La sitiuation est devenue difficile pour la famille. "On comptait chaque euro". Mais quand leur laiterie a fermé sans trouver de repreneur, ça a été le coup de grâce. "Il a fallu qu'on réagisse. Alors on s'est réunis avec d'autres producteurs de lait du coin, dans la Vallée du Lot.  On a monté une association qui s'appelle "Cantaveylot" car elle réunit des producteurs du Cantal, de l'Aveyron et du Lot. On est 26 et notre lait on le vend désormais nous-mêmes.

Le petit groupe, désormais très soudé, est composé de fermes toutes situées dans un même rayon de 20km. Il collecte à lui seul 8,5 millions de litres de lait chaque année.

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.