Cinq jours à la une, France info

La fin du 35 millimètres : de nouveaux métiers

On a beaucoup parlé du passage au numérique et de ses conséquences dans les salles obscures, pour les projectionnistes et les petites salles de cinéma notamment. Mais la fin annoncée de la pellicule bouleverse aussi les plateaux de tournage. Certains métiers sont ainsi voués à disparaître. D'autres au contraire sont en train de voir le jour.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Fini le temps où le réalisateur devait attendre le développement de la pellicule pour savoir à quoi
ressembleraient ses images. Désormais  un
DIT ou "Technicien de l'image numérique" peut être aux côtés du chef opérateur, avec un écran, et modifier l'image en temps réel. Le DIT reste pourtant encore inconnu d'une partie de la profession.

Disparition des métiers traditionnels du cinéma


Thierry Beaumel, l'un des responsables du département image de la CST, la Commission supérieure Technique,  confirme qu'en quelques années, les
outils ont complètement changé. Signant la disparition annoncée de tout un tas
de métiers traditionnels du cinéma : ceux liés au 35 millimètres, à la pellicule et à la photochimie.

Les caméras numériques sont toujours plus perfectionnées et évoluent très
très vite. Elles commencent à rivaliser avec la qualité d'image de la pellicule. Aujourd'hui, c'est vrai, un téléphone
portable suffit pour faire un film en numérique... Mais faire un beau film de cinéma
avec une caméra HD reste encore tout aussi cher et presque plus technique qu'en
35 millimètres...

 

 

(©)