Cinq jours à la une, France info

Des vacances dans les rayons des supermarchés

Pour les professionnels du voyage, les temps sont durs. Ils ont eu à affronter la crise de 2008, puis le printemps arabe qui a fermé certaines destinations. En France d'après les sondages, les vacances restent sacrées, mais les voyagistes doivent s'adapter aux budgets serrés et à la concurrence d'Internet. Les grands réseaux semblent mieux armés. Reportage sur ces voyagistes qui s'en sortent malgré tout.

(©)

A gauche
d'un palmier en plastique, dos aux familles qui poussent leurs caddies dans la
galerie commerciale, les consommateurs peuvent désormais tester les prix de
l'agence Leclerc voyages. L'enseigne fait partie des groupes qui affichent
des résultats solides avec 400 millions d'euros de chiffre d'affaire.

La recette :
un réseau important. Le supermarché attire des clients et leur propose des vacances qui vont de 189 euros pour huit jours à des tarifs de cinq étoiles.
La grande surface du voyage a presque tourné la page du Printemps arabe. Et les
nouvelles destinations anti-crise sont autour de la méditerranée. Des
destinations qui plaisent aux retraités qui s'organisent pour en profiter au
maximum.

Mais tous
les voyagistes ne s'en sortent pas. La profession ne s'est pas complètement
relevée de la crise de 2008, même si les Français ont largement retrouvé le
chemin des vacances avec 30 millions de longs séjours l'an passé. Après la
crise, après le Printemps arabe, les professionnels du voyage font face à la
concurrence d'Internet.

Aujourd'hui
les vacanciers comparent en ligne, et ils sont de plus en plus nombreux à y chercher
un hôtel ou un séjour, d'après le cabinet Raffour Interactif.

D'après les
sondages du cabinet Raffour les deux tiers des Français voyagent dans
l'hexagone. Aujourd'hui ils sont un quart à ne pas savoir s'ils vont partir
cette année. Beaucoup achètent au dernier moment. Leclerc fait 20% de son
chiffre sur les ventes de dernière minute.

(©)