Cet article date de plus de huit ans.

A Grigny : l'action policière en chiffres... contestés

écouter (5min)
Pour terminer cette série de reportages au coeur de la cité de La Grande Borne, à Grigny (Essonne), nous nous sommes intéressés aux résultats chiffrés de l'action des forces de l'ordre. La Zone de Sécurité Prioritaire à l'épreuve des chiffres...
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

A Grigny II et la Grande Borne, les deux cités de cette ZSP, la délinquance a,
selon la police, globalement baissé de 62 % depuis sa mise en place en décembre
dernier (1154 faits contre 442 l'an dernier à la même période). Moins 54 % pour
les infractions de voie publique : 241 faits depuis le lancement de la zone
prioritaire de sécurité.

Dans le
détail, la police fournit des chiffres qui laissent les habitants de ces cités
incrédules. Des cambriolages auraient été divisés par deux. Les vols de véhicules
se seraient effondrés de 66 %. Les incendies volontaires, des voitures
principalement, seraient en chute de 76 %. Les vols avec violence en baisse de
40 %.

En moins de quatre
mois, le changement, c'est maintenant dans la ZSP de Grigny. "L'effort
de la police sur cette zone est réel et ciblé
", explique l'un des pilotes de
cette ZSP de la Grande Borne, le procureur de la République, Eric Lallement. Pourtant, sur le terrain, ces
chiffres étonnent aussi les médiateurs de jour et de nuit rencontrés à la Grande
Borne. En matière d'insécurité, d'atteintes aux biens ou aux personnes, ils sont
le pouls du quartier. Ils ne reconnaissent pas la situation de la Grande Borne
dans ces chiffres qu'ils estiment largement gonflés par les policiers. "On voit
les opérations de police dans le quartier
, dit l'un d'eux, médiateur depuis 10
ans, mais moi je constate que le trafic continue dans les halls, que les jeunes
délinquants n'ont pas vraiment peur. C'est étonnant ces chiffres
... ".

D'autres
habitants de la Grande Borne, attentifs à ces questions de sécurité, contestent
aussi la stratégie de la ZSP. Omar Dawson, un jeune très engagé dans le
quartier, évoque une zone où rien n'a changé et où les policiers travaillent de
la même façon. "Ici , dit Omar, la police c'est comme dans les films
américains : la cavalerie arrive quand les indiens sont partis. Je n'ai jamais vu
des CRS arriver en nombre et repérés à 4 kilomètres démanteler un réseau de
trafiquants de drogue !
". Selon la police, depuis le lancement de la ZSP, 70
revendeurs, trafiquants et le plus souvent usagers ont été interpellés, dont une
dizaine ces dernières semaines à la Grande Borne. Mais les saisies sont peu
importantes par rapport au trafic présumé dans la cité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.