Cet article date de plus de cinq ans.

Le transport aérien est en passe de redevenir une activité rentable

écouter (5min)
L'association internationale du transport aérien révise à la hausse ses prévisions de bénéfices en 2016. Malgré les grèves, un climat social dégradé dans de nombreuses compagnies européennes, à commencer par Air France, le transport aérien est en passe de redevenir une activité rentable.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (En Europe, les compagnies confirment elles aussi leur retour aux bénéfices © British Airways)

Les compagnies gagnent un peu plus de 10 euros par passager

Pour la deuxième année consécutive, l'IATA, l'Association Internationale du Transport Aérien, qui regroupe un peu plus de 260 compagnies dans le monde, estime que les bénéfices opérationnels du secteur devraient atteindre cette année 62,2 milliards de dollars. Du jamais vu dans l'histoire de l'aviation commerciale, après les 59 milliards dollars affichés en 2015.

 

Pour autant, l'aérien reste un secteur où les marges sont très faibles. En moyenne,  les compagnies gagnent un peu plus de 10 euros par passager, ce qui représente une marge bénéficiaire de 5,6%. Et d'un continent à l'autre, ces chiffres cachent des disparités importantes.

La baisse du baril favorise les bénéfices

Les compagnies américaines représentent plus de la moitié des bénéfices du transport aérien. Une performance due en grande partie, à la baisse des prix du pétrole, mais aussi à une consolidation plus nette du secteur outre-Atlantique après les fusions entre Delta Northwest, United et Continental, d'un côté, entre American Airlines et US Airways de l'autre.

 

De plus, dans la mesure où le baril s'achète en dollar, les compagnies américaines sont avantagées face au recul de l'Euro, que subissent les compagnies européennes. Avec un baril aux alentours de 45 dollars, le carburant ne représente plus aujourd'hui que 20% des coûts contre plus du tiers il y a encore quatre ans.

Les déficits perdurent en Afrique

En Europe, les compagnies confirment elles aussi leur retour aux bénéfices. Mais là encore, les différences sont grandes, entre IAG, la maison de British Airways et Lufthansa, et surtout d'Air France-KM toujours à la traîne.

Les transporteurs de la zone Asie Pacifique, en concurrence frontale, avec les compagnies du Golfe devraient réaliser à peu près les mêmes bénéfices que les compagnies européennes, aux alentours de 7,5 milliards et demi de dollars. Seule l'Afrique devrait rester dans le rouge en 2016.

A l'échelle de la planète, ces résultats sont encourageants. Mais cette situation est très fragile. Une remontée des prix du pétrole mettrait en danger les compagnies qui ont stoppé leurs efforts de rentabilité.

Car d'une manière générale, le chiffre d'affaires des compagnies et la recette unitaire des compagnies continuent de baisser, en raison du recul du prix des billets.

En attendant la semaine prochaine, vous pouvez retrouver plus de Chroniques du ciel sur notre page Facebook et sur notre .

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.