Cet article date de plus de neuf ans.

La chaine de l'Airbus A350 XWB baptisée "Roger Béteille"

écouter (3min)
En présence du Premier ministre, Jean Marc Ayrault, et de Frédéric Cuvillier, ministre délégué aux Transports, Tom Enders et Fabrice Brégier ont inauguré, le 23 octobre 2012, la chaine d'assemblage final de l'A350 XWB.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

La voix était légèrement tremblotante presque fluette, et ne
cachait pas l'émotion, de Roger Béteille, lors de l'inauguration, cette
semaine, de la chaine d'assemblage de l'A350 à Toulouse. Une chaine
d'assemblage, qui porte désormais son nom. Après les disparitions, il y a déjà
quelques années, d'Henri Ziegler et de Felix Kracht, Roger Béteille, est à 91
ans, le dernier représentant d'un trio de génies, qui a conduit Airbus, au rang
de premier constructeur d'avions commerciaux du monde.

Ingénieur de formation, diplômé de polytechnique et de Sup
Aéro, Roger Beteille débute, sa carrière en 1943, ou il rejoint à
Marignane, la SNCASO, l'ancêtre de Sud Aviation. Très vite, il devient
directeur des essais en vol et va jouer un rôle majeur dans les programmes de
l'Armagnac et de la Caravelle. 

En juin 1967, la France, l'Allemagne et la Grande Bretagne
décident de leur renforcer leur coopération pour créer un nouvel avion. Roger
Béteille est nommé directeur technique du futur programme A300, A pour Airbus,
300 pour le nombre de passagers que ce futur appareil sera capable de
transporter. Mais personne ne semble s'intéresser à cet avion. Français et
Anglais sont focalisés sur Concorde, les Allemands sur un jet régional de 50
places. Mais Roger Béteille a une idée de génie qui fera la fortune du futur
Airbus. Un court-moyen courreir double couloir, avec 8 sièges de front et dont
le plancher sera relevé de telle sorte que la soute puisse accueillir deux
conteneurs standards.

La même année, toujours en 1967, il rencontre, en Allemagne,
Felix Kracht. Les deux hommes, pragmatiques, ne veulent pas reproduire, les
erreurs d'organisations industrielles mises en place pour Concorde et le
Transall, l'avion de transport militaire. Il faut une organisation intégrée qui
ne tiennent pas compte des nationalités mais uniquement des compétences.

Roger Béteille et Felix Kracht, reçoivent le soutien d'Henri
Ziegler, le troisième mousquetaire, cette saga industrielle, alors président de
Sud Aviation. En 1969, lors du salon du Bourget, le programme A300 est
officiellement lancé. Le premier vol a lieu le 28 octobre 1972. La suite est
connue. Après des débuts difficiles, Airbus, parvient à force d'innovations
technologiques, à ébranler la forteresse Boeing. L'A300 sera vendu, toutes versions
confondues, à plus de 560 exemplaires. Et déjà dans les cartons d'Airbus, bien
avant l'heure, Roger Béteille avait pensé à beaucoup plus gros.

L'hommage d'Airbus à Roger Béteille, et les hommages
militaires, mardi prochain, aux Invalides, à Roland de la Poype, compagnon de
la libération et dernier pilote de la fameuse escadrille franco-Russe du
Normandie-Niemen. Roland de la Poype, fut aussi l'inventeur des berlingots Dop,
de la Citröen Méhari ou encore du Marineland d'Antibes. Roland de la Poype avait
92 ans.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.