CMA-CGM se marie avec Air France-KLM

écouter (3min)

CMA CGM, le numéro deux mondial du fret se rapproche d'Air France-KLM  et va prendre 9% du capital du transporteur aérien, en vue de sa recapitalisation.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
1er mars 2022. Rodolphe Saadé (PDG du groupe CMA CGM) présent à Marseille pour la pose de la première pierre du centre dédié à la création du transport et de la logistique durables de demain. Rodolphe Saadé va prendre 9% du capital d'Air France-KLM. (VALLAURI NICOLAS / MAXPPP)

Très discrètement mais sûrement, car il se méfie des médias, Rodolphe Saadé, l’emblématique patron de CMA-CGM, poursuit son ambition de devenir un acteur incontournable du fret aérien. Son rapprochement et sa future prise de participation au capital d’Air France-KLM n’est pas vraiment une surprise.

Depuis plus d’un an, il cherchait un partenaire dans l’aérien, bien conscient que la crise sanitaire et les nouvelles habitudes de consommation sur Internet allait booster encore un peu plus le cargo. Il ne lui manquait plus que l’aérien pour définitivement asseoir sa suprématie sur le secteur.

En février 2021, il avait mis un terme à un premier rapprochement avec le groupe Dubreuil, propriétaire d’Air Caraïbes et de French Bee, en raison de l’opposition de plusieurs fortes personnalités, pour finalement se lancer seul avec sa propre compagnie CMA CGM Air Cargo.

Et depuis tout va très vite. Rodolphe Saadé a déjà mis sur la table plus d’un milliard d’euros, avec l’achat "cash" de quatre Airbus A330, deux Boeing 777, et quatre A350. CMA-CGM a énormément d’argent, a multiplié les acquisitions ces derniers mois, Colis Privé, Gefco, et maintenant cette prise de participation historique au sein d’Air France-KLM.

En prenant 9% du groupe, CMA CGM devient le quatrième actionnaire d’Air France-KLM devant l’américain Delta Airlines qui ne possède que 5,8% des parts. L’histoire reste maintenant à écrire.

A l’origine, CMA-CGM est une entreprise familiale. Rodophe Saadé investit son propre argent dans un transporteur aérien, pas très bon sur le fret justement, et où le processus décisionnel a l’inertie d’un cargo de plusieurs tonnes. Rodolphe Saadé est un entrepreneur qui sera très attentif à la répartition des coûts.

Et nous n’aborderons pas ici les enjeux sociaux. En attendant, il réalise l’un des rêves de son père, Jacques, petit marseillais d’origine libanaise longtemps toisé par les milieux parisiens.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.