Chroniques du ciel, France info

Chroniques du ciel. Loueurs d'avions, les géants du ciel

Acteurs discrets du transport aérien, les sociétés de leasing jouent un rôle grandissant auprès des avionneurs et des compagnies aériennes.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoFrédéric BeniadaRadio France

Mis à jour le
publié le

Un Airbus A321 Neo, en Novembre 2017, à l\'aéroport du Bourget, à Paris. 
Un Airbus A321 Neo, en Novembre 2017, à l'aéroport du Bourget, à Paris.  (ERIC PIERMONT / AFP)

40% de la flotte mondiale d’avions, en leasing

Aercap, Gecas, BOC ALC, les spécialistes du leasing aéronautique sont peu connus du grand public. Pourtant incontournables, ils détiennent aujourd’hui plus de 40% de la flotte mondiale d’avions. Quel intérêt pour les compagnies de les utiliser ? Éléments de réponse avec Nicolas Bertrand, responsable de la flotte d’Air France-KLM.

"Les compagnies aériennes ont besoin de ces sociétés de leasing, ça leur permet d’avoir accès à des positions de livraison sur les chaines de production lorsque les carnets de commandes sont saturés, d’avoir accès assez vite à des positions ; et ça leur donne aussi une flexibilité appréciable, sur de nouveaux marchés, avec des appareils qu'ils peuvent rendre en cas de baisse de trafic ou de difficultés financières". 

Ces spécialistes de la location sont tout aussi importants pour les avionneurs

Capables de faire la pluie et le beau temps sur un programme. Redoutables négociateurs, ils achètent en grande quantité à des prix cassés, et bien souvent, lorsque le marché est au plus bas. Ils louent et financent également avec des montages très complexes.

"Il existe deux types de location d’avions, poursuit Nicolas Bertrand, responsable de la flotte d’Air France-KLM : la location financière, où la compagnie va s’engager sur le long terme et sera propriétaire à terme de l’appareil  - donc c’est plus du financement - et la partie opérationnelle pure, où une compagnie va prendre en location un appareil, pour une période comprise entre 6 et 10 ans, en fonction de la taille et de la valeur de l’appareil. Au bout de cette période, la compagnie peut rendre l’avion, ou renégocier une durée de location".

Quasiment aucune compagnie dans le monde ne se passe aujourd’hui de ses sociétés de leasing

Low cost, petites compagnies aux moyens limités, ou grands groupes comme Air France KLM.
Nicolas Bertrand : "Nous voulons garder une dose de flexibilité, 40% de notre flotte est en location opérationnelle, 20% en location financière et 40% en pleine propriété".

La location d’avions, c’est une activité très lucrative. Deux chiffres, l’an dernier : sur les 31 milliards de dollars de bénéfices du secteur, les loueurs en ont capté près d’un tiers.  

Un Airbus A321 Neo, en Novembre 2017, à l\'aéroport du Bourget, à Paris. 
Un Airbus A321 Neo, en Novembre 2017, à l'aéroport du Bourget, à Paris.  (ERIC PIERMONT / AFP)