Chroniques du ciel, France info

Chroniques du ciel. Les créneaux horaires d'Aigle Azur intéresse plusieurs compagnies

Alors que des voyageurs sont toujours bloqués partout dans le monde, la compagnie Aigle Azur est au bord du gouffre et doit rapidement trouver un repreneur. Ses créneaux horaires à Orly pourrait intéresser Air France.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des passagers attendent devant un comptoir vide d\'Aigle Azur, le 6 septembre 2019, à l\'aéroport d\'Orly.
Des passagers attendent devant un comptoir vide d'Aigle Azur, le 6 septembre 2019, à l'aéroport d'Orly. (MICHEL STOUPAK / NURPHOTO / AFP)

Si Aigle Azur, attise autant les convoitises, c’est qu’elle est assise sur un véritable petit trésor de guerre. D’un point de vue purement financier, la compagnie est au bord du gouffre, en revanche, elle dispose à Orly, d’une importante quantité de slots, des créneaux horaires. Un peu moins de 10 000 au total. Et s'ils ne représentent que l'équivalent d’une douzaine de vols quotidiens, ce volume de créneaux horaires constitue une ressource très précieuse en raison de leur rareté à Orly.

Le créneaux horaire, une ressource enviée

L’Aéroport d’Orly est en effet limité à 250 000 mouvements d’avions par an, un mouvement étant un décollage et un atterrissage, et il est fermé la nuit entre 23h30 et 6 h du matin. Avec l’arrêt d’Aigle Azur, Il n'y avait plus eu un tel "pool" de créneaux, depuis les disparitions d'Air Lib et d'Aéris en 2003.

En Europe, la réglementation interdit la vente de ces créneaux horaires. Sur les plus grands aéroports, comme CDG, Orly, Nice, ou Lyon, C’est une association indépendante la COHOR, l’Association pour la Coordination des Horaires, qui est chargée de les répartir entre les différentes compagnies et de surveiller la façon dont ils sont utilisés. Comme le créneau horaire est une denrée rare, une compagnie doit l’utiliser plus de 80% du temps.

Le grand marché des créneaux horaires a lieu deux fois par an

Dans le cas contraire, il retombe dans "un pot commun" avant d’être redistribué selon des critères très précis établis dans un règlement communautaire. Chaque pays possède son coordonnateur. Le grand marché des slots a lieu deux fois par an, au printemps et à l’automne, avant les saisons d’hiver et d’été. Si Air France, semble prête à faire une offre de reprise d’Aigle Azur, c’est qu’elle verrait d’un très mauvais œil ces créneaux horaires repartir à la concurrence étrangère, à EasyJet ou Vueling, et ainsi menacer Transavia, dont le développement n’est plus limité, suite à un récent accord avec le Syndicat National des Pilotes de Ligne.  

Ironie de l’histoire, rappelons, qu’il y a 13 ans, en novembre 2006, Transavia France avait été créée à Orly, pour éviter justement qu’Air France ne perde un certain nombre de créneaux horaires à Orly, suite à la fermeture de plusieurs lignes vers l’Est de la France avec l’arrivée du TGV. À l’époque, plus pour occuper le terrain, que par conviction sur la pertinence du modèle économique low cost. Lionel Guérin, ex-patron de HOP, était déjà à la manœuvre.

Air France voudrait renforcer ses vols vers l'Algérie

Avec Aigle Azur, la donne est différente. Aujourd’hui, Air France a besoin de renforcer ses liaisons vers l’Algérie, une destination qu’elle avait délaissée après la prise d’otages et le détournement du vol Alger-Paris sur l’aéroport de Marseille en 1994. Mais elle n’a aucun intérêt à reprendre l’activité long courrier d’Aigle Azur, qui pourrait en revanche peut-être intéresser Air Caraïbes et French Bee, les deux compagnies long courrier du groupe Dubreuil.

Quoi qu’il en soit, se posera à terme, le problème de la reprise des navigants d’Aigle Azur, dont les règles de fonctionnement sont jugées non compétitives, y compris chez Air France.

Des passagers attendent devant un comptoir vide d\'Aigle Azur, le 6 septembre 2019, à l\'aéroport d\'Orly.
Des passagers attendent devant un comptoir vide d'Aigle Azur, le 6 septembre 2019, à l'aéroport d'Orly. (MICHEL STOUPAK / NURPHOTO / AFP)