Ces applis qui ont changé nos vies. Airbnb, de l'économie collaborative au business mondial

Tous les jours de l'été, franceinfo vous présente une application qui a changé vos vies ou vos habitudes. Au tour d'Airbnb, géant mondial de la location saisonnière.
Article rédigé par franceinfo - Camille Laurent
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Ces applis qui ont changé nos vies :  Airbnb (FRANCEINFO)

Grâce à Airbnb, il est possible de dormir dans une petite chambre à São Paulo, dans une caravane dans le sud de l’Angleterre, ou dans un loft à New York. L’application est la numéro 1 de la location saisonnière.

>> Retrouvez tous les épisodes de "Ces applis qui ont changé nos vies"

L’histoire débute à San Francisco en 2007, dans une colocation de copains. Deux des trois cofondateurs, alors étudiants, ont du mal à joindre les deux bouts. Ils profitent d’une importante conférence organisée dans la ville et d’une pénurie de chambres d’hôtel, pour louer des matelas gonflables dans leur salon. De là, vient le nom original : "Airbed and breakfast", ou, en français, "matelas gonflable et petit-déjeuner", raccourci ensuite en "Airbnb". 

La plateforme est créée dans la foulée en 2008 et sa devise initiale est : "Partage un logement, économise de l'argent, et rencontre des gens sympas". Le fonctionnement de la plateforme est simple, la mise en ligne d’une annonce est gratuite. Airbnb prélève ensuite une commission du côté de l’hôte et du voyageur. En permettant ainsi à des propriétaires de leur logement pour arrondir leurs fins de mois et en créant une communauté d’hôtes, Airbnb devient un symbole de "l’économie collaborative". 

Une croissance exponentielle 

En 2016, l’offre de la plateforme s’étoffe avec des "expériences". La même année, Airbnb construit son propre immeuble. Un an plus tard, en 2017, est lancé "Open homes", une plateforme pour accueillir les réfugiés climatiques et politiques.

En 2020, Airbnb subit sans surprise de plein fouet la pandémie de Covid-19, à cause de l’arrêt total du tourisme mondial. Un quart des 7 500 salariés présents dans le monde entier doivent être licenciés. Mais ce revers n'empêche pas l'appli d’entrer en bourse fin 2020.

Aujourd’hui, les chiffres donnent le vertige : plus de 6 millions d’annonces sont en ligne, dans plus de 190 pays et des dizaines milliers de villes, îles ou endroits "insolites". En 2021, 300 millions de nuits ont été réservées dans le monde. Airbnb a une douzaine de bureaux répartis sur tous les continents. Son siège européen se trouve à Dublin, ce qui lui permet de profiter des avantages fiscaux irlandais.

Airbnb et la crise du logement, notamment en France

En France, 2e destination après les États-Unis, 500 000 logements sont en location et 86 millions de nuits ont été réservées via Airbnb l’année dernière. Mais avec ce succès, les locations touristiques explosent, notamment après la crise du Covid-19, les loyers grimpent et les centres-villes se vident de leurs habitants

Au grand dam d’Iswann, utilisatrice d’Airbnb de la première heure : "Malheureusement cette application est dévoyée aujourd'hui, par des opérateurs qui y voient une façon de faire des investissements juteux, optimisés par un tourisme de masse, désincarné, qui dévoie complètement la vocation première et la promesse de l'application."

"La promesse d'Airbnb, c'était avant tout de créer une expérience entre individus et de générer de la rencontre, à travers les voyages."

Iswann

utilisatrice de l'application

Les pays, les villes tentent de résister, notamment en Europe. En Italie, Florence tente de dire "ciao" à Airbnb. La France pourrait s'en inspirer. Selon le gouvernement, interdire les Airbnb dans certains centres historiques n'est pas un "tabou" et il se dit "favorable" à une réforme de la fiscalité, très avantageuse des meublés touristiques.

Parallèlement, le député PS des Pyrénées-Atlantiques Inaki Echaniz, avec sa consœur du Finistère, la députée Renaissance Annaïg Le Meur, ont déposé en février dernier une proposition de loi pour mieux encadrer les meublés touristiques. Son examen, initialement prévu au printemps dernier a été repoussé sine die. Et à l’approche des JO de Paris l’année prochaine, louer son appartement sur Airbnb apparaît déjà comme une aubaine non-négligeable

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.