"Le Petit beurre LU reste un fleuron en France"

écouter (308min)

Olivier de Lagarde reçoit Amélie Vidal-Simi, présidente de Mondelez France, propriétaire de LU, pour décrypter la saga de cette marque iconique.

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (JP AMET, JEAN-PIERRE AMET / MAXPPP)

Le Véritable petit beurre est né du mariage de Jean-Romain Lefèvre et Pauline-Isabelle Utile. Des initiales de leurs noms, ils vont faire une marque devenue iconique, LU.

L’affaire se déroule en 1846. Le jeune couple originaire de l’est de La France s’installe à Nantes et rachète une pâtisserie. Ils ont alors l’idée de développer les biscuits en France qui étaient traditionnellement fabriqués en Angleterre et ils ont souhaité développer une gamme de produits plus gourmands que ceux de la perfide Albion, c’est-à-dire avec du beurre.

Le Véritable petit Beurre de Nantes

"L'épopée de LU a vraiment commencé quelques années après avec leur fils Louis qui étaient un conquérant et a souhaité inventer le meilleur biscuit au monde. Il a inventé le Petit beurre. Cela a très bien fonctionné dès le départ. Malheureusement, il ne l’avait pas protégé donc il a été très fortement copié, raconte Amélie Vidal-Simi. Quelques années plus tard, il a décidé de l’appeler le Véritable petit beurre de Nantes pour bien montrer la spécificité de ce produit."

Un Petit beurre, c’est un produit qui est très simple et qui a traversé les générations. La recette du est très typique mais sa forme aussi. Quand Louis Lefèvre-Utile a créé son biscuit, il a souhaité cette forme qui est une allégorie du temps. Cela vise à montrer que ce produit peut être consommé à tout moment du jour ou de la nuit. 

Les quatre coins symbolisent les quatre saisons, il a 52 dents pour les 52 semaines et il a 24 petits trous qui symbolisent les heures de la journée. Enfin, il mesure 7 centimètres pour les sept jours de la semaine. Cette allégorie du temps qui à monter que le Petit beurre peut être consommé n'importe quand.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.