"La pub de Chevallier et Laspalès nous a donné une immense notoriété" : Nicolas Gomart, directeur général de la Matmut

écouter (5min)

Olivier de Lagarde reçoit aujourd'hui Nicolas Gomart, directeur général de la Matmut pour décrypter la saga de cette société d'assurance mutuelle créée en 1961 qui compte aujourd'hui quatre millions de sociétaires et 6 500 collaborateurs. 

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Enseigne de la Matmut. (Illustration) (PHILIPPE TURPIN / MAXPPP)

C‘est en juillet 1961à Rouen que la Matmut voit le jour, en recevant son agrément l'autorisant à réaliser des opérations d'assurance. Nous sommes quelques mois après que l’assurance automobile ait été rendue obligatoire pour les français.

Née avec la bagnole  

Il existait déjà alors des mutuelles pour différentes catégories de la population mais pas pour les salariés du privé. Et donc, l’idée de Paul Bennetot, son fondateur est d’offrir l’accès à l’assurance auto à faible coût pour ces français.

Très vite, l’assureur va diversifier son offre. On a coutume dire que le premier contrat habitation de la Matmut a été rédigé durant les évènements de Mai 68. On a ainsi coutume de dire qu’à l’époque, certains collaborateurs manifestaient le matin et travaillaient sur le contrat l’après-midi.   

Inventeur du tiers payant

Le fondateur de la Matmut, Paul Bennetot, est un personnage atypique et génial. Instituteur, fils de paysans, il est non seulement le fondateur de la Matmut mais aussi à l’origine du système du tiers payant. Il est le créateur en Normandie de la première pharmacie mutualiste avec ce concept de tiers payant : il considérait effectivement que les personnes qui étaient assurées auprès d’une mutuelle n’avaient pas à payer deux fois le médicament en quelque sorte, même si elles étaient remboursées.

Donc une fois que les adhérents avaient payé leur cotisation, ils avaient le droit de ne pas payer leurs médicaments. Lorsqu’ils se rendaient à la pharmacie, ils étaient automatiquement pris en charge.  

Colère noire contre le livre noir...    

Ne parlez pas à Nicolas Gomart du Livre (très) noir des mutuelles du journaliste Daniel Rosenweg paru à l'automne dernier, car il s’agace très rapidement. Cet ouvrage qui n’est pas tendre pour les mutuelles dans leur ensemble, affirme qu’elles ne sont pas plus vertueuses que les sociétés d’assurance privées.

Il accuse notamment les mutuelles d’avoir réalisé près de 3 milliards d’économies avec la crise pandémique, et de continuer à augmenter leurs tarifs. Je peux répondre pour la Matmut déclare Nicolas Gomart :

"En raison de la baisse du nombre de sinistres, liée au confinement, nous avons gelé nos tarifs auto en 2021, nous avons accordé un don de 75 euros à tous nos sociétaires qui étaient en recherche d’emploi. Cette année, en matière de santé nous avons décidé de geler les tarifs, donc tout ceci représente près d’une année de résultat pour la structure."      

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.