Ça nous marque, France info

Ça nous marque. "Sans IBM, notre société s’arrêterait pratiquement du jour au lendemain"

Nicolas  Sekkaki Président d’IBM France. C’est la plus vielle entreprise des nouvelles technologies. IBM : trois lettres pour une marque américaine centenaire, à l'origine d'une machine dont elle inventa le nom en français  : l'ordinateur.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Ancien oridnateur dans une salle de classe. 
Ancien oridnateur dans une salle de classe.  (GETTY IMAGES)

IBM, une société qui a connu son apogée dans les années 70-80 lorsqu’elle était la première capitalisation boursière ; Elle a bien failli disparaître pour mieux renaître dans les services aux entreprises. IBM compte aujourd’hui 370 000 salariés partout dans le monde et réalise près de 80 milliards de dollars de chiffre d’affaire.

Des débuts d’horloger

C’est en 1911 que l’entreprise voit le jour. "A l’époque, raconte Nicolas Sekkaki, nous fabriquions des horloges, nous étions des spécialistes de la mécanique de précision, c’est ce que nous avons fait pendant de nombreuses années". En 1914, la société est renommée IBM qui est l’acronyme d’International Buisines Machine. L’entreprise s’internationalise et ouvre un bureau à Paris.

L’inventeur de l’ordinateur

C’est dans les années 50 qu’IBM va véritablement décoller avec les débuts de l’informatique. "Nous étions les premiers à nous lancer dans la technologie des "computers". A l’époque, ils avaient très peu de mémoire et occupaient énormément de place. C’était des machines gigantesques qui pouvaient couter 500 000 dollars de l’époque et que l’on ne savait pas comment les nommer en France. C’est le président d’IBM France qui a demandé à un professeur de la Faculté de Lettres de Paris de trouver un nom français. Ce fut "ordinateur". 

Le déclin et le rebond

A la fin des années 80, les besoins des entreprises changent… IBM ne prend pas suffisamment le virage de l’ordinateur domestique. La concurrence d’entreprise comme Hewlett Packard puis Apple vont lui faire beaucoup de mal, même si IBM met au point le premier embryon de smart phone. L’entreprise perd alors beaucoup d’argent. Elle va se restructurer en profondeur. "En 1991, raconte Nicolas  Sekkaki, nous créons IBM Global Service’s. Presque 30 ans après nous sommes l’un des plus grands acteurs sur la planète en termes de services informatiques pour permettre aux entreprises de se transformer. IBM est aujourd’hui peu visible pour le grand public mais en tant que consommateur, vous avez déjà utilisé 15 fois IBM depuis ce matin, affirme Nicolas  Sekkaki, quand vous avez retiré de l’argent, quand vous consultez votre compte bancaire, quand vous calculez votre retraite ou prenez votre billet d’avion, tout cela tourne sur des infrastructures d’IBM ». 

Ancien oridnateur dans une salle de classe. 
Ancien oridnateur dans une salle de classe.  (GETTY IMAGES)