C'était comment ?, France info

Veille de l'Euro : Bercy bloqué

Une situation étrange, quasi ubuesque, aux abords de Bercy, le ministère de l'Economie et des Finances. A J-1 de l'Euro, le paquebot était cerné par des policiers. La raison ? Des manif sauvages. Pendant que le ministre des Sports Patrick Kanner y faisait un discours, la rue se révoltait.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Bercy, un ministère coupé du monde ? © MaxPPP)

Étrange situation. Le paquebot de Bercy, ce bâtiment gigantesque, en bord de Seine, était cerné. Oui. Entouré, par les forces de l’ordre… cerné par des policiers.

Je le rappelle : nous sommes à J-1 d’une compétition, parait-il, phénoménale. Et donc : Bercy, le paquebot qui regorge d’argent, où tout se décide, était cet après-midi tel un bunker à protéger.

Pendant qu’à l’intérieur, on parlait tranquillement argent et compétitivité, à l’extérieur se jouait une toute autre histoire. Ce qui m’a valu des tonnes de tours et détours avant de pouvoir entrer dans le paquebot cerné.

 "Ah non ! désolé, on ne passe pas."

Moi : "Mais j’ai rendez-vous dans Bercy… sur l’économie du sport, avec le ministre Patrick Kanner".

Le policier : "Ah non ! on ne passe pas…"

Moi : "Ah zut… ça tombe très mal… qu’est ce qui se passe ?"

Lui : "Manif sauvage ! Faut faire le tour !"

Bon… Me voilà partie faire le tour, c’est-à-dire longer des tunnels, passer des ponts, se faire rembarrer une nouvelle fois. Et tomber sur des cheminots… Les petits sauvageons de la manif sauvage!.

Moi : "Donc, vous n’avez pas prévenu, pour votre rassemblement ?"

L’un d’eux, grand sourire : "Non madame… la rue est à nous ! C’est comme ça !"

Un autre : "Et là-bas, vous voyez, de l’autre coté… y a des manifestants, pour les retraites."

En effet, j'aperçois un autre groupe de petits sauvageons… Bercy en état de siège… Quelle étrange situation ! Des dizaines de cars de CRS quadrillent les abords du paquebot.

Je sors ma Vuvuzela…

Je le redis, nous sommes à J-1 du début de l’Euro… que dis-je, à quelques heures maintenant…Oui, oui, c’est demain ! Enfin, si on ne le sait pas, c’est qu’on habite sur Mars. Et donc le ministère de l’argent, est quadrillé, à la veille d’une manifestation intergalactique, phénoménalement énorme, génialement sportive, et totalement humaine, nous rabâche-t-on !

"C’est fou, on se croirait dans un film, me dit un passant. Ce ministère, énorme, là où on décide des grosses affaires d’argent, est bloqué !" "Un film, répète-t-il, songeur. Une comédie !"

La commedia dell'arte, il y en a un qui la ferait bien cesser. C’est Patrick Kanner. C’est lui le Monsieur Sport… Le ministre… Et cet homme joue gros, à partir de demain….

Après d’âpres discussions avec les policiers, j’arrive à entrer à l’intérieur du paquebot. Patrick Kanner, vient conclure cette journée, on l’on a parlé sport et fric. Ce sont les derniers mots, non pas d’un condamné à mort, mais d’un homme qui porte une grosse partie de l’histoire de cet Euro 2016.

Un hélicoptère passe....

À la tribune, il se lance. "L’Euro aura bien lieu… et l’Euro aura lieu Bien… Ce sera une immense fête du sport, et on a besoin de cela pour la cohésion de notre pays."

Dans le ciel, un hélicoptère passe. Où sont les manifestants, les petits sauvageons ? Ou seront-ils, demain, pour l’ouverture de ce facteur de cohésion sociale ? Personne ne le sait vraiment….

Face à l’inconnu et l’étrangeté de la situation, Patrick Kanner manque de mots. Alors, au lieu de s’aventurer vers l’inconnu, il conclut benoitement et banalement par un "Allez les Bleus !"

(Bercy, un ministère coupé du monde ? © MaxPPP)