Cet article date de plus de sept ans.

La sécurité privée à la loupe

écouter (5min)
Les 3ème Assises de la sécurité privée avaient lieu aujourd'hui, à l'École Militaire, à Paris. Gendarmes, policiers et patrons de boîtes de sécurité sont montés à la tribune pour prôner la collaboration entre tous. Et une certaine réglementation.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les 3ème Assises de la sécurité privée ©)

Par moments, ca faisait presque peur.

Ils sont là pour nous protéger, mais à entendre les plus grands professionnels de la sécurité, il y aurait pas mal de choses à revoir.

Notamment, la formation de ces milliers d'agents de sécurité privée, qui seraient à présent 150.000 en France.

Ce ne serait pas tout à fait au point, mais pas question d'allumer les gyrophares, "ca va se faire, en collaboration avec les policiers et gendarmes de France" (environ 200.000 au total actuellement).

Pas de panique, le monde de la sécurité est en bonne marche, à voir ces assises.

Sauf que, ce matin, le grand manitou du secteur privé, Michel Mathieu, est venu sonner les cloches de ce parterre de spécialistes.

"Le marché en réalité est plutôt plat. Il faut des entreprises saines et dans l'excellence, ce qui n'est pas toujours le cas. On est plus au 18ème siècle. On ne dit plus aux agents Fais ci Fais ca !".

Il y va fort le Pdg de Sécuritas.

Donc bilan: il faut, enfin, former correctement les agents du privé. Leur apprendre à innover. Et, en plus, que tout ce petit monde destiné à protéger les gens, collabore, pour un monde meilleur. Un monde sous caméras, mais mieux réglementé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.