Cet article date de plus de cinq ans.

C'était comment ? Fillon, le revenant

écouter (3min)

François Fillon a remporté 44,1% des voix au premier tour de la primaire à droite. Et dépassé toutes les prévisions. A Sciences Po Paris, c'est le choc. Nathalie Bourrus y était.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
François Fillon le 21 octobre à Caen. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

C’était… un film d’horreur… Le Retour des morts vivants. "Ben oui, dans le film, il y a Franck et Freddy. Et en fait, le mort vivant va se retourner contre eux !" C'est l’image qui vient à l’esprit d’un étudiant en deuxième année, à Sciences Po Paris.. J’avoue que je n’y avais pas pensé. Mais, du coup, j’ai saisi cette image, qui ne va plus me quitter.

Moi : "C’est bizarre de penser à ça. François Fillon, il n’était quand même pas mort, il était en campagne, sur le terrain."

Lui : "Mais vous oubliez, il revient de très loin… D’ailleurs on le sait peu… C’était vraiment le loser. Il n’a pas arrêté de merder ces dernières années."

Moi : "Pas tant que ça, il est député de Paris, il a su rebondir."

Le garçon ricane. "Mais le mec, il n'a eu QUE des problèmes : un accident de scooter..."

Moi : "Mouais, bof, ça arrive a tout le monde."

Lui : "Il était hyper mal quand il a quitté Matignon, il était a terre. Après, quand il s’est lancé dans la bataille de l’UMP, il s’est battu contre Copé, a perdu le parti, a dit qu’il créerait un autre mouvement mais ne l’a pas fait… Vraiment la loose ! insiste l’étudiant. Là, c’est le revenant, le mort vivant qui se venge."

Franck et Freddy ? Sarko et Juppé

 Dans le film, je ne sais pas si vous vous en souvenez, mais même en atteignant le cerveau du mort vivant, impossible d’en venir à bout.

Une jeune étudiante en troisième année rebondit sur cette idée, que décidément j’adore : "Dans le film, il y a plein de mort vivants à la fin, dit-elle. Ils attaquent les autres, les hommes normaux. Le mort vivant fait donc des émules. Les électeurs, aussi, sont des morts vivants qui se réveillent."

Très drôle et perspicace, me dis-je. Comme le film d’ailleurs, à la fois gore, et plein d’humour. Et Franck et Freddy du film, alors ? "Aaaah ! Sarko et Juppé, poursuit elle, très amusée. Ils se font laminer !"

Dur, et un peu rapide pour Juppé en tout cas. Je continue sur cette histoire de zombies : "Mais Juppé, quand même, il est de droite. En quoi il a déplu aux votants ?"

Elle : "On ne le voit pas, Alain Juppé, il est invisible, on ne l’entend pas. Moi, je suis de droite, précise-t-elle. Donc, je les ai tous écouté. Ben, quand Juppé parle, j’ai envie d’aller boire un coup."

Guimauve et bisounours

Ah ! mince, il ne peut pas être un mort vivant, alors ! D’après elle, il est pas assez rageur. Je me demande alors si les morts vivants, sont conservateurs et ultra libéraux ?

La jeune fille : "Disons qu’ils sont cash. Fillon, il est de droite. Il est clair, il énonce les choses clairement, il est carré. L’identité heureuse de Juppé, c’est bien joli, mais franchement c’est de la guimauve de bisounours pour gens de gauche, c’est pas de droite." Et les morts vivants, visiblement, ne se nourrissent pas de guimauve de bisounours.

Ils mangent quoi au fait ? De la vache enragée ? Peut-être. Mais alors, parsemée de graines de vengeance, avec son coulis de résilience. En tout cas, pas des miettes jetées avec mépris.

Encore moins le grain qu’on leur a balancé vulgairement, comme on balance l’aumône dans la cage des animaux enchaînés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.