Législatives 2022 : de l’art de revenir en politique après une défaite

écouter

Elections législatives pour les uns, mandats locaux pour les autres : les perdants de la présidentielle ont chacun leur stratégie pour leur retour en politique, une fois la défaite digérée.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Valérie Pécresse, ex-candidate LR à l'élection présidentielle, à Paris, le 10 avril 2022. (ALAIN JOCARD / AFP)

En politique, l'art de perdre est devenu une prouesse que les hommes et les femmes se transmettent d'élection en élection. Les perdants de la présidentielle sont déjà, pour la majorité, revenus sous les feux de la rampe. En fonction de leurs objectifs, législatives ou autre, ils ont affûté leur communication, retravaillé leurs récits et adapté leur personnage. Existe-t-il d'ailleurs des règles tacites pour mieux revenir après avoir perdu une élection ? Comment communiquer après une défaite politique ? Pour en parler, Laetitia Krupa et Gaspard Gantzer accueillent dans cet épisode du podcast "C'est tout com'" Laurent David Samama, journaliste, auteur de Eloge de la défaite aux éditions de l'Aube.

Disparaître, pour mieux renaître

Parmi les perdants, il y a ceux qui se replient immédiatement sur leurs fonctions d'avant la course présidentielle, c'est le cas d'Anne Hidalgo avec son rôle de maire de Paris, ou encore de Valérie Pécresse qui, après un mois de silence, est revenue totalement investie dans ses habits de présidente de la Région Ile-de-France. 

Mais il y a aussi ceux qui ont, pour l'instant en tout cas, disparu de la circulation médiatique : Yannick Jadot, ou encore Marine Le Pen. Le silence est une excellente stratégie explique Gaspard Gantzer, à condition de revenir ensuite avec quelque chose d'intéressant à dire. 

Dans cet épisode également, zoom sur Lula, l'ex-président brésilien en course pour un troisième mandat après son passage à la case prison. Et pour l'info en plus, Gaspard Gantzer nous donne des nouvelles de la direction de la communication de l'Elysée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.