Campagne officielle de la présidentielle : chacun cherche son moyen de se distinguer

écouter

Depuis lundi 28 mars, la campagne officielle impose l’égalité du temps de parole entre les 12 candidats à la présidentielle, à la radio et à la télévision. Pendant deux semaines, petits candidats comme favoris vont tenter de communiquer au mieux pour optimiser cette dernière ligne droite.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des affiches de candidats à la présidentielle dont Nathalie Arthaud (LO), Fabien Roussel (PCF) et Emmanuel Macron à Valence (Drôme), le 28 mars 2022. (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / AFP)

La campagne officielle a commencé, la dernière ligne droite pour les douze candidats à l'élection présidentielle avec la période d'égalité de temps de parole à la télévision et à la radio, et des clips de campagne diffusés à heures fixes. Comment se distinguer dans les deux dernières semaines ? Comment communiquer avec cette contrainte d'égalité de temps de parole ? 

Dans ce nouvel épisode, Laetitia Krupa et Gaspard Gantzer reçoivent Fréderic Dabi, directeur général de l'institut de sondage IFOP et auteur de La Fracture avec Stewart Chau, aux éditions Les Arènes. 

Une aubaine pour les petits candidats, un défi pour les favoris

Cette période est une revanche des petits candidats, éloignés des plateaux télé et des studios radio depuis le début de la campagne, comme Nathalie Arthaud de Lutte Ouvrière ou Philippe Poutou du NPA. Depuis lundi 28 mars, ils ont donc le même temps de parole que Marine Le Pen ou Emmanuel Macron, et l'accès aux mêmes tranches horaires dans les médias audiovisuels. Pendant qu'ils en profitent, les "gros" candidats, eux, ont essayé d'anticiper et de calculer leur temps de parole, pour pouvoir aussi exister pendant cette dernière phase.

Mais comment ? Alors que les clips officiels de campagne se suivent et se ressemblent depuis des décennies, il existe plusieurs façons de tenter de se démarquer. Utiliser le numérique, qui n'est pas soumis aux même règles que l'audiovisuel, ou bien tenter des "coups de com", comme quand Emmanuel Macron avait réussi à avoir en ligne le président de l'époque des États-Unis Barack Obama à quelques jours du premier tour, en 2017. 

Au Portugal, un coup de poker payant pour le Premier ministre socialiste à quelques jours du scrutin

Pour "l'Histoire d'ailleurs" de cet épisode, nous mettons le cap sur le Portugal où les dernières élections législatives anticipées, qui ont eu lieu fin janvier, ont été secouées à la toute fin par une surprise dans la campagne du gagnant : le premier ministre sortant Antonio Costa. Jusque-là minoritaire, son parti, le parti socialiste a remporté la majorité absolue des sièges de députés. Et c'était justement ça, la surprise : dans les quinze derniers jours, sans prévenir personne il a fait campagne sur cette thématique de la majorité absolue. Explications avec Ana Navarro, correspondante pour la presse portugaise.

L'info en plus de Gaspard Gantzer porte sur les ajustements dans la stratégie d'Emmanuel Macron face à l'effritement de son avance dans les sondages. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.