C'est mon week-end, France info

Vivre le festival des lumières d'hiver en Islande

C’est mon week-end ! Chaque jeudi sur France Info, des idées d’escapades avec Ingrid Pohu. Aujourd’hui, cap sur l’Islande à trois heures et demi de vol de Paris. Cette île "tout feu, tout glace" organise le Winter Lights festival. Coup d’envoi aujourd’hui dans la capitale Reykjavik.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Ingrid Pohu Radio France)

Reykjavik s’embrase jusqu’à dimanche. Concerts, installations lumineuses, expos en plein air by night, bains de minuit dans l’océan Atlantique… Les Islandais célèbrent la lumière et le retour progressif du soleil qui s’était fait discret depuis novembre. Côté mercure, avec un degré en ce moment la température est loin d’être glaciale.

Et de toute façon on se réchauffe en marchant dans la capitale Reykjavik qui a des allures de village. On fait tout à pied. Le centre historique avec ses maisons basses colorées est tout petit mais très animé. A l’image de la grande rue commerçante de Laugavegur, remplie de cafés-bibliothèques et d’échoppes vintage. Avec au bout la sculpturale cathédrale luthérienne d’Hallgrimur et son clocher en forme de chapeau pointu. De là-haut, vue à 360 degrés sur Reykjavik. Etourdissant.

Et le soir ça bouge à Reykjavik

Surtout le week-end. Car en semaine les Islandais ne boivent pas ou peu d’alcool. Pour diner, je recommande le Market Grill. Côté déco, c’est abat-jours en peaux de loup de mer et orgue de basalte. Sur la carte, langoustine fraîche et plus inhabituels pour nous de la baleine et du macareux, l’oiseau marin. Point fort, les Islandais parlent bien l’anglais et sont accueillants.

 

(Reykjavik © Maxppp)

Pendant le Winter Lights festival on célèbre aussi les elfes

Mystiques, les Islandais vivent en harmonie avec "le peuple des elfes, le peuple caché" comme on dit là-bas. Nombre de ces créatures invisibles habiteraient dans le Parc Hellisgerdi, à un quart d’heure de Reykjavik. Je n’ai pas eu l’honneur d’en croiser mais ça vaut le coup d’y aller rien que pour les légendes surprenantes racontées par la guide.

(Ingrid Pohu Radio France)

Cette "cité des elfes" se situe à un quart d’heure de Reykjavik, sur la route qui mène au Lagon Bleu. Pour atteindre les sources d’eau chaude du fameux Blue Lagoon, on circule sur des routes enneigées quasi désertes, paysages lunaires. Au Blue Lagoon, en plein air, on plonge un poil éberlué dans un chaudron à 40 degrés, l’eau provient de 1800 mètres sous terre. Et on se retrouve au beau milieu d’un bal masqué aux côtés de baigneurs aux visages tartinés d’algues et de silice. Atmosphère fantomatique. Et ça coute 40€. Moins touristique, le sauna de la piscine municipale de Laugardalslaug à l’est de Reykjavik, cette fois, la température atteint 42°. Intenable, j’ai craqué au bout de trois minutes mais après ça votre sang c’est de la lave en fusion! Ça bouillonne à l’image de Strokkur, le geyser le plus actif d’Islande. Eau chaude projetée dans les airs à une vingtaine de mètres pendant cinq minutes. Cette fois, on se dit : Strokkur c’est pas assez long.

A Reykjavik on dort où ? 

Au Kex Hostel chambre double à partir de 94€. Avec vue sur l’océan bleu émeraude et sur le Mont Esja. Paris-Reykjavik à partir de 240€ l’A/R.

**EN PRATIQUE

Visiter l'Islande

Le site du Festival des Lumières d’hiver

Kex Hostel

[Le blue lagoon

Icelandair](http://www.icelandair.fr)**

(Ingrid Pohu Radio France)