Une visite du château de la Verrerie au Creusot en Bourgogne, dans les traces des maitres des forges

écouter (3min)

Berceau de la Révolution industrielle en France, la ville-usine du Creusot doit son essor à une dynastie de maîtres de forges : la famille Schneider dont on découvre l'histoire à travers différentes expositions permanentes sur ce magnifique site.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le château de la Verrerie est sis au coeur d'un superbe parc paysager où l'on peut flâner librement au coeur de la ville-usine du Creusot. (ARCO IMAGES /MAXPPP)

A sa fondation, le château de la Verrerie, construit dans la commune du Creusot, en Saône-et-Loire, en Bourgogne, abritait la cristallerie royale de la reine Marie-Antoinette. Une partie des cristaux du Creusot y sont exposés. Par la suite, ce monument est devenu la résidence des Schneider, maîtres des forges du Creusot qui l'embellirent pour en faire une demeure de prestige. Aujourd'hui, ce lieu se dévoile à travers trois visites.

C'est en 1837 que la famille Schneider fait l'acquisition du château de la Verrerie qu'il transforme en demeure cossue. (OFFICE DE TOURISME DE BOURGOGNE)

Juste à côté, dans le Pavillon de l’industrie, muni d’une tablette, on découvre les maquettes des inventions des usines Schneider.

Au Pavillon de l'Industrie, on découvre l'aventure industrielle du Creusot à l'aide d'une tablette numérique. (INGRID POHU / RADIO FRANCE)

Dans la cour du château de la Verrerie se dressent deux cônes mystérieux aux allures de poivrières. C’étaient les fours où l’on fabriquait jadis le cristal. Et surprise, quand on pénètre dans l’un d’entre eux, on découvre aujourd'hui… un superbe théâtre !

Construit au début du XXe siècle, la famille Schneider y invitait ses clients de marque venus signer d'importants contrats afin qu'ils puissent se distraire, avec notamment des opérettes. La décoration s'inspire du château de Versailles, en hommage à Marie-Antoinette.

Le fabuleux petit théâtre du site du château de la Verrerie au Creusot. (SANDRINE GUENERIE _DSL)

Avant de quitter Le Creusot, on sucre son palais en dégustant "les Ardoises bourguignonnes" de la pâtisserie de Ludovic Gautheron. Ces pâtes de fruits rouges, vertes et jaunes symbolisent les toits vernissés de la ville de Beaune. Des spécialités à base d’amande.

Au Creusot, le pâtissier Ludovic Gautheron fabrique "les ardoises bourguignonnes" qui représentent les toits vernissés de la ville de Beaune. (INGRID POHU / RADIO FRANCE)

Prochaine escale en Bourgogne, Paray-Le-Monial à 55 km du Creusot.  

EN PRATIQUE

Destination Saône-et-Loire : www.route71.fr

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.