C'est mon week-end. Mystères et frissons avec la balade du Paris maudit

écouter (3min)

Paris a-t-elle vraiment révélé tous ses secrets? Auteur du livre "Légendes de Paris, sous les pavés le mystère", le guide Guillaume Bertrand nous fait découvrir les légendes et fantômes qui ont jadis hanté la capitale.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'agence Sous les pavés propose en ce moment une visite virtuelle du Paris Maudit. (AGENCE SOUSLESPAVES.COM)

Comment l’âme de Paris est-elle habitée par tous ses récits fabuleux, mythiques, historiques ? Quelle est l’aura qui entoure la cathédrale Notre-Dame de Paris ?

Les portes du diable

Le guide Guillaume Bertrand révèle d’abord pourquoi les portes de la cathédrale sont surnommées les portes du diable.

"Cette légende est racontée dans le dictionnaire de l’architecture de Viollet Le Duc, qui a rénové l’édifice au XIXe siècle. Il nous parle d’un jeune ferronnier, Biscornet, qui aurait été chargé de rénover les pentures de Notre-Dame. Un jeune compagnon qui voulait certainement réaliser son chef-d’œuvre. Mais devant l’ampleur de la tâche, il aurait fait un appel hérétique, démoniaque : celui de se faire aider par le diable en personne. On a retrouvé Biscornet en proie à des visions terribles il convulsait."

Extrait du livre du guide-conférencier Guillaume BERTRAND, Légendes de Paris, sous les pavés le mystère. (GUILLAUME BERTRAND)

Une légende cannibalesque

Le monde des morts et des vivants se côtoie aussi rue Chanoinesse, tout près de  Notre-Dame. Nous voici face au Vieux Paris d’Arcole, l’un des plus anciens restaurants de la capitale. Les murs de cet ancien cloître seraient encore hantés par une légende cannibalesque… Celle d’un rôtisseur qui au XVe siècle régalait tout le quartier de ses pâtés à la viande. "

Même le roi s’en faisait livrer une petite fournée au Palais de la Cité." Jusqu’au jour, où un jeune ecclésiastique allemand venu se faire tonsurer chez le barbier qui jouxte la boutique du rôtisseur disparait. Quelques heures plus tard, son fidèle chien le retrouve dans les caves du rôtisseur. "il est en train de se faire dépecer car c’est sa chair qui allait farcir la prochaine fournée de pâté. Voilà le secret de ces tourtes si réputées. Elles sont faites à base de jeunes ecclésiastiques."

Le moine bourru dont le fantôme errait à la tombée de la nuit jusqu’au XVIIIe siècle dans les ruelles étroites de l’île de la Cité pourchassait, quant à lui, les enfants. "On raconte que c’était un moine débauché qui une nuit s’était noyé dans la Seine, et il aurait invoqué le diable pour le secourir en échange de quelques âmes d’enfants dissipés ou désobéissants." Cette légende aurait été inventée pour imposer un couvre-feu aux enfants. "Pour leur faire craindre les nuits arrivant puisqu’elles sont dangereuses, car Paris n’était pas encore Ville Lumière."  

Quartier des Halles, la place des Innocents et sa fontaine

"Ce fut autrefois le plus grand cimetière de la ville : le cimetière des Saints Innocents. C’est là, où plus de 20 paroisses venaient inhumer leurs morts entre l’an 1000 et la Révolution française. 35 générations de Parisiens s’y sont succédé." Dans ce cimetière populaire les morts-vivants ont fait beaucoup parler d’eux.

"Ce sont tous ceux qu’on a enterrés un peu trop vite. On ne connaît pas le coma, ni le coma éthylique, l’hypotension, l’hypothermie. Et parfois certains se réveillent du fond de la fosse. D’ailleurs enterrés dans un simple linceul lorsqu’ils se relèvent, n’a-t-on pas l’image du fantôme et de son drap ? Et ça tombe bien, la nuit tombe chuut…"

Guillaume Bertrand raconte les légendes et fantômes de Paris dans son livre, Légendes de Paris, sous les pavés de mystère. (GUILLAUME BERTRAND)

Retrouvez toutes ces légendes de Paris dans le livre de Guillaume Bertrand Sous les pavés le mystère et dans ses visites virtuelles à réserver sur le site sous-les-pavés.com

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.