C'est mon budget. Prêts immobiliers : des règles plus strictes

écouter (3min)

Cette semaine, le gouvernement a décidé d’imposer des règles plus strictes aux banques pour les prêts immobiliers. Ce sont surtout les ménages les plus modestes, ceux qui achètent pour la première fois un logement, qui risquent d’en pâtir. Mais des leviers existent.

Article rédigé par
Fanny Guinochet - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Attention les conditions pour obtenir un prêt immobilier se durcissent, il va falloir faire preuve de stratégie. (Illustration) (BOONCHAI WEDMAKAWAND / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

Les ménages les plus modestes, ceux qui achètent pour la première fois un logement, risquent de ne plus pouvoir emprunter comme auparavant. De nouvelles règles plus strictes vont être imposées aux banques pour les prêts immobiliers, et par voie de conséquence aux particuliers. Les précisions de Fanny Guinochet. 

franceinfo : Le gouvernement a décidé de durcir les conditions pour emprunter et acheter un bien immobilier, mais vous nous dites qu'il ne faut pas pour autant renoncer à son projet immobilier ?

Fanny Guinochet : Oui, ces nouvelles règles peuvent décourager, On les rappelle : les banques ne pourront plus accorder des prêts au-delà de 25 ans – voire 27 ans, en comptant le temps des travaux. Et, le montant du crédit ne devra pas dépasser 35% du revenu mensuel de l’emprunteur, 35% en intégrant le montant de l’assurance de prêt, obligatoire, sans quoi les banques seront sanctionnées. Mais il y a quelques leviers possibles  

Quels sont ces leviers ? 

Le premier, c’est l’assurance, justement. Vous pouvez jouer sur son montant en en prenant une individuelle, extérieure à votre banque, on dit "en délégation".  Regardez bien aussi les couvertures proposées pour vous limiter à l’indispensable et faire ainsi baisser le montant du prêt. Par exemple, inutile de prendre la garantie perte d’emplois, quand on est assimilé fonctionnaire, ou en freelance. Pareil en fonction de votre âge, adaptez la couverture santé. Si vous êtes jeunes, vous pourrez faire baisser la facture et puis, faites jouer la concurrence entre les établissements. Mais tout ça peut vous permettre d’enlever quelques points, et vous permettre d’être dans les clous des 35% d’endettement maximum.
   
D’autres astuces ?  

Essayez autant que faire se peut, de montrer que vous avez un peu d’épargne, même pas beaucoup, pour payer les frais de notaires notamment, quelques milliers d’euros rassurent un banquier.

C’est le moment de demander un coup de pouce, si vous le pouvez à votre famille, quitte à rembourser après, une fois que vous aurez signé votre prêt, mais ce petit bas de laine va rassurer le banquier à l’instant T et faire pencher sa décision en votre faveur. 

Il faut se montrer stratège

Si vous le pouvez, avant de faire la demande, remboursez les crédits à la consommation ou auto, que vous auriez contractés il y a quelques mois. Tentez d’épurer au maximum vos dettes. Là aussi, ça vous permettra plus facilement de rester dans les clous des 35%. D’ailleurs, avant de présenter votre dossier, soignez-le !

En général, les banques vous demandent vos trois derniers relevés de compte. Vérifiez, qu’il n’y ait pas de défaut de paiement, de chèques refusés, de découverts, de dépenses farfelues (au casino ou autre…). Toilettez vos comptes, montrez que votre comportement de gestionnaire est exemplaire. Et puis, truc bête, envoyez bien toutes les pièces que l’on vous demande, à temps, soyez le plus "carré" possible pour montrer votre sérieux. Obtenir un prêt immobilier est aussi une affaire de psychologie.          

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers C'est mon budget

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.