C'est mon boulot, France info

Les prévisions d'embauches au plus haut

On est à presque 20% de plus d'intentions d'embauches par rapport à l'an dernier, ce qui est un record pour les entreprises françaises. Les prévisions de recrutements n'ont jamais été aussi élevées depuis 2002. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un homme fait la queue dans un bureau Pôle emploi, à Dunkerque (Nord).
Un homme fait la queue dans un bureau Pôle emploi, à Dunkerque (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Pôle emploi vient de rendre publiques les intentions d'embauche des entreprises françaises :  un record est en vue. Les prévisions de recrutements n'ont jamais été aussi élevées depuis 2002. On est à presque 20% de plus d'intentions d'embauches par rapport à l'an dernier.

Pour être exact, ce sont 18,7% de projets de recrutement en plus par rapport à 2017. Il faut savoir que la plupart du temps, dans 80% des cas, quand les entreprises disent à Pôle emploi qu'elles vont embaucher, elles le font. On peut donc parler de nette embellie sur le front de l'emploi. Depuis que l'enquête sur les besoins de main d'oeuvre des entreprises a été lancée il y a 16 ans, jamais les chiffres n'avaient été aussi bons.

La bonne nouvelle c'est que ces recrutements sont durables, puisque les deux tiers de ces embauches devraient se faire soit en CDI, soit en CDD de plus de six mois. Là encore, c'est une proportion en nette progression par rapport à l'an dernier.
La plus forte hausse est le fait des grandes entreprises. Selon Pôle emploi, ça pourrait s'expliquer par une reprise plus solide, plus durable. Et par un effet de rattrapage après des années de serrage de ceinture.

Ce sont surtout les services qui embauchent

Les services à la personne et les services aux entreprises concentrent les deux-tiers des intentions d'embauche. Avec à la clé des métiers qui ont la cote, comme les agents d'entretien, les serveurs, les aides à domicile, les aide-soignants mais aussi des ingénieurs et des cadres spécialisés dans l'informatique. Et puis il y a la construction. Elle devrait connaître un véritable boom. Les prévisions de recrutement augmentent de 37% par rapport à 2017. Sans oublier l'industrie, dont on dit depuis plusieurs mois qu'elle se porte mieux. Les projets de recrutement sont en forte hausse de 27%.

Avec d'ailleurs des difficultés à trouver les bons profils. Les entreprises prévoient déjà que leurs recrutements ne seront pas faciles. Parmi les métiers pour lesquels on s'attend aux plus grandes difficultés, tous les ouvriers spécialisés de l'industrie.
Depuis plusieurs années l'industrie française manque de chaudronniers – qui comme leur nom ne l'indique pas travaillent par exemple beaucoup dans l'aéronautique – elle a besoin de tôliers, de traceurs ou de forgerons. Des spécialités boudées par les jeunes mais pour lesquelles la demande n'a jamais été aussi forte. Au point que parfois les recrutements sont abandonnés faute de candidat. C'est le cas dans un peu moins de 5% des projets de recrutement.

Un homme fait la queue dans un bureau Pôle emploi, à Dunkerque (Nord).
Un homme fait la queue dans un bureau Pôle emploi, à Dunkerque (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)