C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. Les trois quarts des particuliers employeurs ont cessé de faire travailler leurs salariés pendant le confinement

70% des particuliers employeurs se sont totalement passés des services de leurs employés à domicile pendant le confinement.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Les employés chargés de l’entretien du domicile, les femmes de ménage, et les gardes d’enfants ont vu leur activité nettement baisser pendant le confinement. Photo d\'illustration.
Les employés chargés de l’entretien du domicile, les femmes de ménage, et les gardes d’enfants ont vu leur activité nettement baisser pendant le confinement. Photo d'illustration. (JEAN-FRAN?OIS FREY / MAXPPP)

On s'en doutait un peu, les employés à domicile ont vraiment fait les frais du confinement mais pour la première fois, une étude quantifie précisément les effets de la crise, sur ce secteur.  Un document que nous avons pu consulter en exclusivité pour franceienfo.

C'est le tout premier sondage mené sur cette question. Il a été réalisé par Ipsos entre la fin juin et la mi juillet pour faire le point sur les conséquences de la crise sur des 1,4 million d’employés à domicile et sur le comportement des 3,4 millions de particuliers employeurs. La Fepem, la Fédération des particuliers employeurs, va dévoiler lundi 21 septembre ces résultats. Le chiffre le plus marquant : pas moins de 70% des particuliers employeurs se sont totalement passés des services de leurs employés à domicile pendant le confinement. Seulement 6% ont eu moins recours à eux. C’est donc au total 76% des particuliers employeurs qui ont arrêté de faire venir un salarié à leur domicile ou qui ont moins utilisé ses services.

L'aide aux personnes âgées a été plus largement maintenue

Côté salarié, le choc a été un peu amorti. Il y a en effet beaucoup plus d’employeurs que d’employés. Mais tout de même : 51% des salariés à domicile ont vu leur travail complètement arrêté et 2% tout de même leur contrat de travail rompu. 21% ont vu leur nombre d’heures simplement réduits. Depuis le déconfinement, pour la presque totalité des salariés – 94% exactement – le travail a repris comme avant, même si parfois le nombre d’heures a été réduit.

Ceux qui ont le mieux maintenu leur activité, qui ont continué d’aller travailler pendant le confinement, ce sont les assistantes et assistants de vie qui interviennent auprès des personnes âgées ou en situation de handicap. 83% ont maintenu leur activité, dont 60% n’ont pas vu leur nombre d’heures diminuer. En revanche, tous les employés chargés de l’entretien du domicile, les femmes de ménage, et les gardes d’enfants ont, en toute logique, vu leur activité nettement baisser.

La grande majorité des particuliers employeurs ont continué de payer leurs salariés comme d’habitude

C’est peut-être l’une des surprises de ce sondage. Pas moins de 92% des particuliers employeurs ont déclaré et payé les heures non réalisées de leurs salariés. Pas moins de 30% les ont pris directement à leur charge, ne faisant donc pas subir de perte de revenu à leurs salariés. Et les deux autres tiers ont eu recours au dispositif exceptionnel d’indemnisation. Un système équivalent au chômage partiel qui permettait au salarié de percevoir 80% de son salaire net et à l’employeur de se faire rembourser par l’État.

Les employés chargés de l’entretien du domicile, les femmes de ménage, et les gardes d’enfants ont vu leur activité nettement baisser pendant le confinement. Photo d\'illustration.
Les employés chargés de l’entretien du domicile, les femmes de ménage, et les gardes d’enfants ont vu leur activité nettement baisser pendant le confinement. Photo d'illustration. (JEAN-FRAN?OIS FREY / MAXPPP)