C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. Le regard des Français sur les chômeurs a changé

Pôle emploi publie mardi les chiffres du chômage pour le mois d'août. L'image du chômeur est loin d'être négative, d'après l'étude d'une association.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un homme dans un bureau Pôle Emploi à Dunkrik (Nord).
Un homme dans un bureau Pôle Emploi à Dunkrik (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Pôle emploi publie mardi 26 septembre les chiffres du chômage pour le mois d'août. Une association a voulu voir quelle image ceux qui ont un emploi se font de ceux qui n'en n'ont pas. Et le tableau est loin d'être négatif.

L'image du chômeur qui n'a pas de travail parce qu'il n'en cherche pas semble vraiment s'être estompée. À peine une personne en emploi sur cinq porte un jugement négatif sur les chômeurs. C'est ce qui ressort du baromètre publié ce matin par Solidarités nouvelles face au chômage, une association qui aide les chômeurs. Pour 80% des sondés, le chômage c'est d'abord le stress, la déprime et le mal-être. Ce sont les mots qu'ils citent le plus souvent pour décrire la privation d'emploi.

Les sondés en empathie pour les chômeurs

S'ils sont compréhensifs, c'est aussi parce qu'ils savent que ça peut leur arriver. Sur les 20 millions de personnes en CDI, plus de six millions n'ont pas confiance en leur avenir. Quand ils ne sont pas satisfaits de leur entreprise, quatre sur 10 redoutent de se retrouver au chômage. Le chômage fait du reste partie du parcours professionnel de tout un chacun. 86% des personnes qui ont un emploi estiment que tout le monde peut un jour connaître le chômage.

Des périodes de chômage qui n'empêchent pas de retrouver un emploi. C'est un message rassurant : on peut avoir connu le chômage et retrouver un travail qui dure. Sept personnes sur dix actuellement en emploi ont déjà connu une ou plusieurs périodes de chômage.

Le chômage peut être une période positive

Des périodes qui ne sont pas d'ailleurs vécues toujours comme un drame. C'est un élément très intéressant de ce baromètre. Le gros de la troupe, 72% vivent négativement ces périodes. Eprouvant, difficile, solitaire, les qualificatifs ne manquent pas. Mais pour 38%, c'est aussi une période positive. Intéressante parce qu'elle permet de se remettre en cause. Utile parce qu'on peut changer de métier ou d'entreprise. Positive encore parce qu'elle amène à acquérir de nouvelles compétences. Certains parlent même de renaissance professionnelle. D'après cette étude, il y a un véritable changement de regard sur le chômage qui est en cours.

En bref 

Les accords d'entreprise sont en pleine forme. Il s'en est signé 11% de plus en 2016 qu'en 2015 de ces accords entre employeurs et représentants du personnel, relève le site Actuel RH. Un chiffre important au moment où la nouvelle loi veut donner encore plus de place au dialogue dans l'entreprise. Vedette des thèmes abordés, le temps de travail : le travail du dimanche, les astreintes, le don de jours de congés et le télétravail.

Un homme dans un bureau Pôle Emploi à Dunkrik (Nord).
Un homme dans un bureau Pôle Emploi à Dunkrik (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)