C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. Ces métiers de lève-tôt : Rabah, serveur, aime prendre son temps le matin

Tous les vendredis, franceinfo s'intéresse aux travailleurs du matin, ceux qui se lèvent tôt pour aller au boulot. Avec aujourd'hui un garçon de café parisien.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La brasserie \"Les Ondes\" où travaille Rabah, à côté de la Maison de la Radio à Paris.
La brasserie "Les Ondes" où travaille Rabah, à côté de la Maison de la Radio à Paris. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Être serveur dans un café oblige à se lever tôt. On ne l'imagine pas parce que la brasserie dans laquelle il travaille accueille ses premiers clients à sept heures du matin, mais Rabah, 57 ans, serveur aux Ondes, tout près de la Maison de la Radio – l'étonnement est souvent au coin de la rue – se lève très très tôt pour aller travailler. "2h30 du matin, je fais ma petite toilette, je prends mon petit déjeuner, j'allume la télé, j'attends mon heure pour sortir, vers 4h20, je prends le bus de nuit et je prends le premier RER de 5h15". Il faut dire que longtemps son café a ouvert ses portes à six heures :"J'ai pris l'habitude de me lever de bonne heure et je ne peux plus traîner au lit. J'ai bien essayé, mais cela me fait des courbatures partout !"

Que des avantages

Se lever très tôt lui réussit plutôt bien : il a toujours le sourire et un jeu de mots sur les lèvres. Rabah, y prend même désormais du plaisir : "Je prends du plaisir, de bonne heure, de prendre tout mon temps le matin, allumer la télé, attendre mon heure de sortie." 

Rabah le garçon de café finit sa longue journée de travail à 16h30. "Dès que je rentre, entraînement, je commence par le vélo d'appartement et après de la culture physique, une heure trente ou deux heures." Un régime d'athlète qu'il conserve même le week-end :"Je garde le même rythme, je me lève de bonne heure, pareil."
Rabah est marié, il a trois enfants et ce régime ne lui a jamais paru pesant, même pour sa vie sociale : "Il n'y a pas beaucoup d'amis qui viennent. Sinon ils viennent du bled et ils connaissent mon rythme de vie, il n'y a pas de problème".

La brasserie \"Les Ondes\" où travaille Rabah, à côté de la Maison de la Radio à Paris.
La brasserie "Les Ondes" où travaille Rabah, à côté de la Maison de la Radio à Paris. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)