C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. Avec Workplace, Facebook se fait une place dans le marché des entreprises

Facebook, le réseau social aux deux milliards d'utilisateurs, a lancé sa version pro il y a tout juste un an. Aujourd'hui, 30 000 entreprises utilisent Workplace. Parmi elles, des poids lourds.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Logo \"Facebook sur un clavier d\'ordinateur.
Logo "Facebook sur un clavier d'ordinateur. (MAXPPP)

Facebook s'est lancé il y a un an tout juste sur le marché des entreprises. Le plus gros employeur privé du monde, l'Américain Walmart, vient d'adopter Workplace, la version pro du réseau social, pour ses 2,2 millions d'employés. C'est aussi le cas de Danone, Heineken, le Club Med ou la SNCF.

Au total, 30 000 entreprises utilisent Workplace aujourd'hui. Un chiffre multiplié par deux en six mois. Des entreprises traditionnelles, qui ne sont pas forcément à la pointe de la digitalisation et qui ont justement opté pour la simplicité du réseau. Pas de formation, pas de prise en mains. Facebook part du principe que tout le monde sait s'en servir, sur son ordinateur de bureau ou sur son mobile.

Un outil déjà familier

Beaucoup d'entreprises ont déjà créé, ou le plus souvent adopté, un réseau social interne pour que leurs employés communiquent mieux entre eux, pour qu'ils aient plus d'informations sur la société. Ils s'appellent Jam, Teams, Yammer, Chatter... Mais la difficulté est l'adoption de ces réseaux sociaux professionnels. Ils peuvent être boudés par les salariés. Workplace ne propose rien de révolutionnaire mais il est déjà familier à un grand nombre d'employés. C'est justement pour ça qu'il se fait un trou dans le monde de l'entreprise.

Il y a un chat. On peut organiser des visio-conférences. On peut échanger des documents ou des images. Dans une chaîne de magasins, par exemple, on peut s'envoyer des photos de vitrines avec des produits mis en valeur. Ou des images de pièces défectueuses dans des garages. Ça remplace le mail et le téléphone, tous deux en perte de vitesse. Beaucoup de salariés ont déjà recours à des messageries ou des groupes de discussion. L'avantage de cette solution, c'est qu'elle est sécurisée.

Et ça peut marcher parce que Facebook sait que le mobile est devenu l'écran principal. Il a aussi compris que les millennials, nés entre les années 80 et 2000, constitueront la moitié de la population active en 2020 et qu'ils comptent bien communiquer aussi simplement au boulot que dans leur vie privée. D'où le succès assuré d'outils comme Workplace. Mais il en existe d'autres. Slack, grand concurrent de Facebook, en fait partie. Cette messagerie réservée aux entreprises revendique six millions d'utilisateur quotidiens. C'est désormais la guerre.

En bref

Peur de la discrimination dans le domaine des technologies : aux États-Unis, pas moins de 41 % des travailleurs de ce secteur ont peur de perdre leur travail à cause de leur âge, selon le moteur de recherche Indeed.

Logo \"Facebook sur un clavier d\'ordinateur.
Logo "Facebook sur un clavier d'ordinateur. (MAXPPP)