C'est mon boulot, France info

83% des salariés se disent autonomes dans leur travail

Les salariés se disent autonomes à 83% dans leur travail. Les enquêteurs de l'Insee affirment que chez les ouvriers, la proportion de salariés autonomes ne descend pas en dessous des 76%.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Exemple d\'autonomie dans son travail : un routier dans la cabine de son poids-lourd.
Exemple d'autonomie dans son travail : un routier dans la cabine de son poids-lourd. (DANY LEE / AFP)

Plus de trois salariés sur quatre se disent autonomes dans leur travail. C'est le résultat d'une enquête menée par l'Insee à partir des questions suivantes : Quel est votre degré d'autonomie dans le travail ? Êtes-vous libre de vous organiser comme il vous plait ? La réponse, c'est que les salariés français sont en très grande majorité autonomes. Cette enquête de l'Insee devrait nous amener à voir le travail un peu moins comme une torture (puisque c'est son étymologie : le tripalium, un instrument pour punir les esclaves rebelles dans la Rome antique).

28 000 personnes interrogées ont été interrogées pour savoir si elles était ou non autonomes dans leur travail. La réponse, rapportée par le site Actuel RH, est que 83% des salariés français peuvent organiser leur travail comme ils le souhaitent. Évidemment, cette autonomie est beaucoup plus forte chez les cadres que chez les autres. Mais il est intéressant de noter que cette proportion de salariés autonomes ne descend jamais en-dessous de 76%, quelle que soit la catégorie.

Il y a quand même des points où cette autonomie est moins grande. Ainsi, pour les employés. Ils ne sont que 25% à pouvoir faire varier les délais qui leur sont fixés, alors que plus d'un cadre sur deux le peut. Sinon, la grande majorité des salariés (on parle des trois-quarts ou des deux-tiers selon la catégorie) peuvent interrompre leur travail quand ils le veulent. Ils sont également une écrasante majorité à pouvoir régler eux-mêmes la plupart des incidents qui se présentent à eux.

Cette autonomie va de pair avec un travail jugé "épanouissant"

Plus de la moitié des salariés déclarent que les activités qu'ils doivent accomplir dans le cadre de leur travail sont souvent des tâches qui leur plaisent. Et encore une fois chez les cadres, c'est bien plus : les trois-quarts d'entre eux disent que les tâches qui leur sont confiées leur plaisent "toujours" ou "souvent". Les cadres et aussi les professions intermédiaires déclarent beaucoup – on monte parfois à plus de 90% – qu'ils apprennent de nouvelles choses dans le travail ou qu'ils peuvent mettre en pratique leurs idées. Mais là aussi, il y a un fossé. On ne trouve par exemple que 1% des cadres qui disent qu'ils ne font jamais de choses qui leur plaisent, alors que 15% des ouvriers sont dans ce cas, sans un seul moment de satisfaction au travail.

À côté de ceux qui s'éclatent, il y a aussi ceux qui s'ennuient. C'est devenu une notion à la mode : le bore-out, l'épuisement causé par l'ennui professionnel. On en parle beaucoup et l'Insee a mis un chiffre dessus : selon ses chercheurs, précisément 9,5% des travailleurs s'ennuient "toujours" ou "souvent".

Exemple d\'autonomie dans son travail : un routier dans la cabine de son poids-lourd.
Exemple d'autonomie dans son travail : un routier dans la cabine de son poids-lourd. (DANY LEE / AFP)