Les bienfaits du surf

Le surf, une discipline devenue olympique, et une étude qui vient d'être publiée sur les bienfaits de cette pratique sportive, pour la santé mentale.
Article rédigé par franceinfo - Martin Ducret
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 238 min
Le surf est devenu une discipline olympique : une étude originale souligne les bienfaits de cette pratique sportive. (Illustration) (JOHN SEATON CALLAHAN / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

Martin Ducret, médecin et journaliste au Quotidien du Médecin nous parle aujourd’hui d’une activité de plus en plus populaire, devenue discipline olympique : le surf. Et en particulier d’une étude originale sur ses bienfaits, en termes de santé mentale. 

franceinfo : De quoi parle cette étude ? 

Martin Ducret : Cette étude, publiée dans le Portfolio de la célèbre revue Nature, a estimé en dollars les économies générées par les bienfaits du surf sur la santé mentale de 130.000 surfeurs, de la très touristique ville de Gold Coast en Australie. 

Ces économies s'élevaient à 5.000 dollars par an et par surfeur, ce qui fait au total 650 millions de dollars annuels, qui correspondent aux réductions des coûts de santé – diminution des consultations médicales, de prises d’antidépresseurs ou d'anxiolytiques – mais aussi à l’augmentation de la productivité au travail. 

Par comparaison, ce chiffre impressionnant est 4 fois plus élevé que les bénéfices annuels du tourisme, liés au surf, dans cette ville australienne.

Peut-on extrapoler ces chiffres à la France ? 

Pas exactement, car le système de santé australien fonctionne différemment du nôtre. Mais on peut retenir de cette étude originale que le surf, en plus d’être bon pour le corps et l'esprit, permet aussi de faire des économies en matière de santé. Peu importe le pays. 

En fait, au-delà de l’esprit cool que véhicule ce sport de glisse, c'est probablement pour le bien-être qu’il procure que le surf compte de plus en plus de pratiquants dans l’Hexagone. Ils seraient près de 600.000 – et j’en fais partie – à s’adonner à cette discipline, aussi bien sur la Manche, l’océan Atlantique, que sur la mer Méditerranée. Et oui, contrairement aux idées reçues, il y a aussi des vagues sur le littoral marseillais.

Mais ce sport est-il accessible à tous ? Ne faut-il pas nécessairement être jeune et en bonne santé pour en faire ? 

Et bien non, pas forcément. Sauf si on veut devenir le futur champion olympique ! "Surfer, c’est possible à tout âge, que l’on soit en bonne forme, porteur d’un handicap, ou que l’on souffre d’une maladie chronique. Au départ, on commence par prendre confiance dans l’eau (c'est l'aisance aquatique), ensuite, on recherche l’agréable sensation de glisse, d’abord allongé sur la planche, pour progressivement arriver à se lever dessus", m’a expliqué Sandra Saint Geours, qui est chargée du développement de l’association nationale Surf Santé, qui promeut comme thérapie le surf, et les activités au contact de l’océan.

Le but de toutes ces activités est à la fois de s'amuser, se dépasser, de prendre confiance en soi, et de ressentir de l'apaisement, en se reconnectant avec l'océan et la nature. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.