C'est ma santé, France info

C'est ma santé. La résistance aux antibiotiques : cause de 12 500 décès chaque année

De plus en plus de bactéries deviennent résistantes aux antibiotiques, elles ne sont donc plus détruites par ces médicaments. Cela s'appelle l'antibiorésistance. Trois français sur quatre ne savent pas ce qu'est l'antibiorésistance. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un antibiotique sous forme de gélules.
Un antibiotique sous forme de gélules. (MAXPPP)

L'antibiorésistance désigne le fait que de plus en plus de bactéries deviennent résistantes aux antibiotiques, elles ne sont donc plus détruites par ces médicaments. Un sondage récent réalisé par Ipsos révèle que trois français sur quatre ne savent pas ce qu'est l'antibiorésistance. C'est un véritable problème de santé publique.

D'abord, la résistance aux antibiotiques n'est pas un phénomène nouveau. Le premier antibiotique qui a été prescrit en France est la pénicilline dans les années 40. Quelques mois plus tard, des cas de résistance apparaissaient. Depuis, et en particulier dans les années 80, de nombreux antibiotiques sont apparus sur le marché mais chaque fois des résistances ont été repérées au bout de quelques mois d'utilisation. Cela s'explique assez facilement : les bactéries vivent sur terre depuis plus de deux milliards d'années. Durant cette longue période, elles ont été souvent confrontées à des conditions défavorables et chaque fois elles ont survécu. Le secret est simple : une bactérie se multiplie toutes les 20 minutes, donc très vite, elle accumule assez de mutations pour survivre dans un milieu hostile et donc aux antibiotiques.

Quelles sont les conséquences de cette résistance ?

Elles sont dramatiques : les antibiotiques ne réussissent plus à détruire de nombreuses bactéries. Les médecins ont donc de plus en plus de mal à soigner des personnes infectées. Chaque année en France, on déplore 12 500 décès à cause de cette résistance. L'avenir pourrait être encore plus sombre car ces bactéries résistantes commencent à poser des problèmes pour protéger des personnes fragiles qui sont très sensibles aux infections : par exemple des patients placés en réanimation, ou encore ceux qui suivent une chimiothérapie, qui reçoivent une prothèse ou qui sont transplantés. Et comme en France nous sommes de gros consommateurs d'antibiotiques, les cas de bactéries multi-résistantes se multiplient

La solution, c'est donc de trouver de nouveaux antibiotiques ?

Le hic, c'est que les industriels ne se bousculent pas au portillon. Dans un rapport publié fin septembre, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) tirait la sonnette d'alarme. Dans le monde, seulement huit antibiotiques vraiment innovants sont en cours de développement et rien ne dit que ces recherches aboutiront. Cela coûte cher : environ 900 millions d'euros pour chaque molécule. En attendant l'arrivée de nouveaux antibiotiques et pour limiter le développement des bactéries multi résistantes il faut suivre quelques règles simples. Si un médecin vous prescrit un antibiotique vous devez absolument respecter la dose et la durée du traitement. Vous ne devez pas arrêter votre traitement même si vous vous sentez mieux. Si vous tombez malade, ne prenez pas l'antibiotique qui traine dans votre armoire à pharmacie, allez chez le médecin qui déterminera lequel est le plus adapté à votre problème.

Un antibiotique sous forme de gélules.
Un antibiotique sous forme de gélules. (MAXPPP)