C'est ma santé, France info

C'est ma santé. Hépatite C : faites-vous dépister !

On estime qu'aujourd'hui 110 000 personnes sont concernées par l'hépatite C en France.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Dépistage rapide de l\'hépatite C, à l\'hôpital Geneviève de Gaulle à Saint-Dizier (Haute Marne).
Dépistage rapide de l'hépatite C, à l'hôpital Geneviève de Gaulle à Saint-Dizier (Haute Marne). (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)

Il y a quelques jours le gouvernement affichait un objectif ambitieux : éradiquer l'hépatite C en France d'ici à 2025. L'annonce a été largement commentée dans les allées du Congrès international du foie qui s'est achevé ce week-end à Paris.

Une maladie très présente en France

On estime qu'aujourd'hui 110 000 personnes sont concernées par l'hépatite C en France, souvent sans le savoir. En effet, quand le virus VHC infecte une personne, il peut rester silencieux pendant des années. Si aucun traitement n'est proposé, ce virus peut provoquer au final une cirrhose ou un cancer du foie. La bonne nouvelle c'est qu'aujourd'hui on peut guérir de l'hépatite C. Un traitement à base d'antiviraux est arrivé en France en 2014, il est efficace et provoque peu d'effets secondaires. Réservé au départ aux personnes les plus gravement atteintes, il est proposé depuis 2017 à tous les patients. La simple prise quotidienne d'une pilule pendant 8 à 12 semaines permet de guérir dans 95% des cas. Deux nouveaux traitements sont commercialisés depuis quelques semaines augmentant ce taux de guérison qui frôle désormais les 100%.

On peut stopper la propagation de l'hépatite C

Il y a cependant un gros problème : parmi les 110 000 personnes qui ont besoin d'un traitement en France, plus de la moitié, soit 75 000 personnes, n'ont pas été diagnostiquées, elles ignorent leur maladie. Il faut donc impérativement repérer ces porteurs cachés. On sait que le virus de l'hépatite C se transmet quand le sang d'une personne infectée entre en contact avec celui d'une personne saine. C'est par exemple le cas quand des usagers de drogues partagent la même seringue. Il y a aussi quelques contaminations, rares, lors de rapports sexuels non protégés. Le gouvernement a mis en place un dépistage ciblé auprès des personnes les plus exposés comme les toxicomanes, les migrants, les prisonniers, les SDF ou les travailleurs du sexe.

Un dépistage ciblé insuffisant

L'association SOS Hépatites a fait la proposition d'une autre approche pour toucher un public beaucoup plus large. L'idée est de sensibiliser de nombreux professionnels du monde de la santé pour qu'ils proposent à leurs patients de faire un dépistage de l'hépatite C. L'association pense aux pharmaciens, aux laboratoires d'analyse, à l'Assurance maladie ou aux complémentaires santé. Elle veut aussi sensibiliser les villes, les organisateurs de spectacle, les entreprises, les clubs sportifs pour qu'ils organisent des campagnes d'information. Une offre de dépistage est proposée chaque année à des bénéficiaires des restaurants du cœur et elle donne des résultats très positifs. Pour ce dépistage, une simple analyse de sang suffit.

Dépistage rapide de l\'hépatite C, à l\'hôpital Geneviève de Gaulle à Saint-Dizier (Haute Marne).
Dépistage rapide de l'hépatite C, à l'hôpital Geneviève de Gaulle à Saint-Dizier (Haute Marne). (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)