Après les risques de cancer de l'utérus, nouvelle alerte sur les dangers des produits lissants pour les reins

Une équipe de néphrologues à l'hôpital de la Conception de Marseille a décrypté les effets d'un produit lissant sur les reins d'une jeune femme de 26 ans. Ils ont identifié le coupable : de l'acide glyoxylique qui peut atteindre et abîmer les reins.
Article rédigé par franceinfo - Géraldine Zamansky
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Nouvelle alerte concernant des produits lissants pour les cheveux (du formaldéhyde que des fabricants ont remplacé par de l’acide glyoxylique) risquant de provoquer une insuffisance rénale aiguë. (Illustration) (ANDREAS KUEHN / THE IMAGE BANK RF / GETTY IMAGES)

Nouvelle alerte sur les produits lissants pour cheveux aujourd’hui avec Géraldine Zamansky, journaliste au Magazine de la Santé sur France 5.  Des néphrologues de l'hôpital de la Conception de Marseille ont décrypté les effets toxiques pour les reins d'un produit lissant pour les cheveux. 

franceinfo : Après les risques de cancer de l'utérus, c’est une grave menace pour les reins qui est signalée par une équipe française  ?

Géraldine Zamansky : Oui, nous vous avions parlé ici du surrisque de cancer de l’utérus lié à ces produits lissants. À cause d’un ingrédient : le formaldéhyde. Alors des fabricants l’ont remplacé par de l’acide glyoxylique. Mais il représente à son tour une véritable menace pour les reins, selon l’alerte publiée cette semaine dans le New England Journal of Medicine.  

Tout a commencé par l’inquiétude d’une jeune femme face à la répétition de symptômes survenus brutalement : nausées, vomissements, fatigue. À la troisième crise, elle a été prise en charge à l’Hôpital de la Conception à Marseille. Et c’est là que l’énigme a été résolue par le Dr Thomas Robert, néphrologue : il s’agissait à chaque fois d’une insuffisance rénale aiguë, provoquée par le lissage de cheveux, réalisé la veille.  

C’est très inquiétant ! Et comment le lien a-t-il pu être établi avec certitude ? 

Le Dr Robert, m’a raconté qu’il a pu faire ce lien grâce à la proximité du passage chez le coiffeur, lors de l’hospitalisation. Il a tout de suite fait part de ses soupçons à un collègue parisien, le Pr Emmanuel Letavernier, qui mène des recherches sur les mécanismes des maladies rénales, à l’Hôpital Tenon.  

C’est donc dans son laboratoire que la crème récupérée auprès du coiffeur a pu être appliquée sur la peau de quelques souris. En 24 heures, je cite le Pr Letavernier, "c’était catastrophique". Leurs reins étaient bloqués par une grande quantité de cristaux. La preuve était faite. Et ils ont précisé la culpabilité de l’acide glyoxylique, en l’ajoutant seul à de la vaseline. Même résultat.  
 
Cela semble incroyable une telle toxicité ! Comment va la jeune patiente aujourd’hui ? 
 
Elle va bien, mais elle ne fera plus de lissage. Car le Dr Robert lui a expliqué que derrière l’apparente récupération de ses reins, il peut rester des cicatrices, ensuite responsables d’insuffisance rénale chronique avec, à l’extrême, la dialyse ou la greffe.  

L’équipe a peur de voir ces cas se multiplier, car son enquête auprès du coiffeur en a révélé l’origine : les clientes souhaitent un traitement jusqu’à la racine, alors que ce produit ne doit pas être appliqué à moins de 5 mm de la peau. C’est là qu’il peut passer dans le sang et devenir toxique.  

Ces néphrologues ont donc très vite signalé cette menace aux autorités sanitaires, et espèrent l’interdiction de cet ingrédient, ainsi qu’une réflexion sur la sécurité des cosmétiques. Car depuis la fin de leur évaluation sur des animaux en 2013, ce type de danger peut difficilement être identifié, en amont de la commercialisation. 
 
L’alerte publiée dans le New England Journal of Medicine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.