Cet article date de plus de dix ans.

Les taxes sur les produits sucrés

écouter
Depuis le 1er janvier, la France taxe les sodas et les boissons avec édulcorants. Ces taxes existent déjà en Hongrie et au Danemark. Mais ces deux pays les appliquent aussi sur les aliments gras et sucrés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

L'objectif de ces taxes est d'inciter les consommateurs à acheter des produits contenant moins de gras, de sucre ou de sel, afin de lutter contre le surpoids et l'obésité. Car dans plusieurs Etats membres de l'UE, l'obésité est un vrai problème. Selon les statistiques de la Commission européenne et de l'OCDE, l'obésité touche 24% des adultes au Royaume-Uni et 23% en Irlande. Dans ce dernier pays le gouvernement vient d'engager une réflexion pour créer une taxe sur les produits sucrés. Avec 11% d'obèses, la France se situe en-dessous de la moyenne européenne de 15,5%.

Si depuis 2005, Bruxelles a lancé plusieurs recommandations aux Etats membres pour la lutte contre l'obésité, il n'existe pas de politique européenne en la matière et les pays prennent les mesures de leur choix.

Entre la France, la Hongrie et le Danemark, le point commun est la taxation des sodas et des boissons aux sucres rajoutés (par exemple deux centimes d'euro pour un litre de boisson sucrée en Hongrie). Mais depuis la fin 2011, le Danemark cible en plus les produits contenant des acides gras saturés, et la Hongrie taxe les biscuits et les gâteaux. En juillet 2010, le gouvernement danois avait aussi relevé les taxes sur le chocolat et les crèmes glacées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.