Cet article date de plus d'onze ans.

Le MES, un deuxième Fonds de secours européen

Le 1er juillet prochain, entrera en vigueur le Mécanisme européen de stabilité (MES). Conçu par les 17 pays de la zone euro pour être permanent, il prendra le relais du FESF (Fonds européen de stabilité financière) mis en place en mai 2010 pour une durée de 3 ans.
Article rédigé par Marie-Christine Vallet
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

Plus puissant que le FESF, le Mécanisme européen de stabilité aura une capacité de prêt de 500 milliards d'euros, auxquels s'ajouteront 200 milliards du FESF quand il prendra fin. Le Fonds européen de stabilité financière était autorisé à emprunter 440 milliards d'euros sur les marchés.

A partir de juillet, les pays-membres verseront par tranches son capital propre minimum (80 milliards d'euros). Le capital sera versé d'ici 2014 et la part sera variable selon les états : 27,1% pour l'Allemagne, 20,3% pour la France, 17,9% pour l'Italie ou ... 0,07% pour Malte. Pour son premier versement au capital du MES, la France a déjà inscrit 3 milliards d'euros dans la loi de finances rectificative de février dernier. Si l'on prend en compte la capacité totale de 700 milliards d'euros, la France participera à hauteur de 142 milliards.

Le MES pourra emprunter sur les marchés pour prêter en urgence aux états en difficulté financière, acheter de la Dette publique, ou accorder des garanties. Installé au Luxembourg, le MES aura un directeur général, un conseil d'administration, et un conseil des gouverneurs constitué des ministres des Finances de la zone euro. Ce sont eux qui prendront les décisions et adopteront les programmes d'aide.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.