C'est en France, c'est en Europe, France info

Automobile : l'Europe de l'Est n'est pas devenue un Eldorado

Dans l'UE, les ventes de voitures ont reculé en moyenne de 7% depuis le début de l'année. Si le marché européen est morose, il l'est particulièrement en Europe de l'Est où il y a dix ans, les constructeurs avaient investi pour conquérir les marchés des nouveaux entrants dans l'UE.

(©)

En 2004, au moment de l'élargissement de l'Union européenne à 10 nouveaux membres (8 pays de l'Est + Chypre et Malte), le marché potentiel dans ces pays entrants était évalué à quatre millions d'immatriculations par an.

En réalité, les ventes annuelles n'ont jamais dépassé 1 million 300.000. Aujourd'hui, les immatriculations annuelles sont tombées à 800.000.

Les habitants de ces pays achètent plutôt des voitures d'occasion. Du coup, les usines construites par exemple par PSA en République tchèque et en Slovaquie, écoulent peu de véhicules neufs dans cette partie de l'Europe. Les modèles viennent alors concurrencer ceux qui sont fabriqués à l'ouest de l'Europe dans les anciens états-membres de l'UE (France, Italie, Espagne etc...). Si bien que l'on parle de surcapacités en Europe, avec la crainte de voir d'autres usines fermer.

A lire : "L'épopée Logan " un ouvrage publié chez Dunod et co-écrit par Bernard Jullien, directeur du Gerpisa, un réseau international de recherche sur l'Industrie automobile.

(©)