C'est dans ma tête, France info

C'est dans ma tête. L’interdiction du téléphone portable à l’école

Une proposition de loi, déposée par LREM, relative à l’interdiction du téléphone portable à l'école, sera examinée le 7 juin par l’Assemblée. La psychanalyste Claude Halmos explique à quoi va servir cette loi.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Jean-Michel Blanquer a confirmé l\'interdiction à la rentrée 2018 du téléphone portable pour les élèves des écoles et collèges, mesure qui figurait dans le programme de campagne d\'Emmanuel Macron (Image d\'illustration).
Jean-Michel Blanquer a confirmé l'interdiction à la rentrée 2018 du téléphone portable pour les élèves des écoles et collèges, mesure qui figurait dans le programme de campagne d'Emmanuel Macron (Image d'illustration). (MAXPPP)

Une proposition de loi, déposée par LREM, relative à l’interdiction de l’usage du téléphone portable dans les écoles et les collèges, sera examinée le 7 juin par l’Assemblée, pour être appliquée - si elle est votée - dès septembre 2018.

Pensez-vous qu’une telle loi soit importante pour les enfants et les adolescents ?

C’est une loi qui concerne beaucoup d’adolescents puisque, déjà en 2016, 93% des 12-17 ans possédaient un téléphone portable. Et son utilisation, pendant les activités d’enseignement, était d’ailleurs déjà interdite, depuis 2010, par un article du Code de l’Éducation.  

A quoi servirait, alors, cette loi ?  

Dans la pratique, le problème principal étant la difficulté de contrôler que les élèves respectent l’interdiction, la loi ne le résoudra pas. Mais elle peut avoir une portée symbolique, parce qu’elle marque un changement de conception.

Jusque-là en effet, comme il n’y avait pas d’interdiction générale, le règlement intérieur des établissements scolaires devait, en s’appuyant sur le Code de l’Éducation, faire la liste de tous les lieux et les moments où l’usage du portable était interdit. Et cela pouvait donner aux élèves l’idée d’interdictions temporaires et ponctuelles.

Or, si l’interdiction devient, du fait de la loi, générale, ces règlements indiqueront seulement où et quand il est, à titre dérogatoire, autorisé. Ce qui sera susceptible de permettre aux élèves de comprendre (si on les leur explique), l’importance et surtout le sens de cette interdiction.      

Pourquoi est-il important qu’ils comprennent ces règlements ?  

Parce que cette interdiction a une valeur éducative. L’un des modes de fonctionnement de l’enfant est ce que l’on nomme le "principe de plaisir" : " Je fais ce qui me procure du plaisir et je fuis soigneusement tout ce qui pourrait être source de déplaisir". Et l’éducation - dans la famille comme à l’école - doit lui permettre de renoncer à ce fonctionnement ; parce qu’il est incompatible avec les apprentissages qui, quels qu’ils soient, supposent toujours que l’on puisse supporter, avant d’arriver au plaisir, du déplaisir.

Or, on sait qu’aujourd’hui, l’un des moyens par lesquels les élèves fuient, en classe, ce déplaisir nécessaire, est le téléphone portable : 30 à 40% des sanctions scolaires portent sur son utilisation pendant les cours.    

Et vous pensez qu’une loi peut faire avancer les choses ?  

Une loi ne fera pas de miracles. Mais le fait que la société juge nécessaire de voter une loi, peut permettre aux élèves de comprendre (à condition, là encore, qu’on le leur explique) que cette interdiction de faire deux choses à la fois (se servir de son portable et apprendre), n’est pas une lubie de quelques adultes, adeptes de la répression, mais une nécessité, liée à la possibilité même de travailler, qu’ils doivent prendre au sérieux.

De plus, à une époque comme la nôtre, où l’exercice de l’autorité pose souvent problème aux adultes, l’existence d’une loi peut donner à ceux qui doivent, dans les établissements, relayer l’interdiction (mais aussi aux parents), un sentiment de légitimité, que les enfants et les adolescents ont besoin de sentir pour accepter de respecter les interdits, quels qu’ils soient.        

Jean-Michel Blanquer a confirmé l\'interdiction à la rentrée 2018 du téléphone portable pour les élèves des écoles et collèges, mesure qui figurait dans le programme de campagne d\'Emmanuel Macron (Image d\'illustration).
Jean-Michel Blanquer a confirmé l'interdiction à la rentrée 2018 du téléphone portable pour les élèves des écoles et collèges, mesure qui figurait dans le programme de campagne d'Emmanuel Macron (Image d'illustration). (MAXPPP)