C'est comment ailleurs ? , France info

C'est comment ailleurs ? Les démissions express en Suède

Alors que le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux a démissionné, franceinfo s’intéresse aux démissions express de ministres en Suède

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(WOLFRAM STEINBERG/DPA / DPA)

Les Suédois sont un peu les "Lucky Luke de la démission" puisqu’ils démissionnent plus vite que leur ombre, souvent pour des motifs qui peuvent apparaitre hors de proportion quand on voit ce qui se passe en France.

Toblerone

L‘exemple le plus frappant date d'une vingtaine d'années. Il s’agit de l'affaire du Toblerone, qui a coûté sa place à la ministre suédoise Mona Sahlin, numéro deux du gouvernement. Cette femme avait fait des courses et avait notamment acheté deux barres de chocolat suisse en payant avec sa carte de crédit professionnelle. Aussitôt, elle rembourse, mais trop tard.

La presse a révélé qu'elle s'était servie de sa carte pro, ce qui est strictement interdit. Un sondage révèle alors que les deux tiers des Suédois pensent qu'elle ne peut pas être ministre avec une telle attitude. Elle doit démissionner, alors qu'elle était en passe de devenir Premier ministre. 

Les notes de frais épluchées

Les suédois ne plaisantent pas avec les histoires d'argent et avec le principe de transparence. Tous les citoyens peuvent avoir accès à de nombreux documents s'ils en font la demande. Ils ont accès à des informations sur les revenus en s'adressant aux impôts.

Les journalistes ne se privent pas de demander ce genre d'informations sur des personnalités publiques. Certains sont même spécialisés dans la vérification des notes de frais des ministres. Ils vont au ministère et demandent à consulter les notes, qui sont publiques.     

Attention aux mensonges

Si les ministres mentent à la presse, cela peut le coûter cher. En 2006, la ministre du Commerce suédoise est accusée d'avoir payé au noir une nourrice. Elle se justifie en disant que ses revenus sont trop faibles.

Les journalistes vérifient et s'aperçoivent très vite que la ministre et son mari gagnent des millions et, qu'en plus, ils ont vendu des actions sans les déclarer. La position est intenable et la ministre démissionne.

Ivresse au volant

Les affaires d'argent ne sont pas les seules à provoquer des démissions express. Ainsi, en aout 2016, la ministre de l'Enseignement secondaire a démissionné après avoir été contrôlée par la police en état d'ivresse au volant. Elle avait 0,2 gramme d'alcool par litre de sang, ce qui est un délit en Suède. 

La ministre a révélé elle-même ce qu'il lui était arrivé en parlant de la "plus grave erreur de sa vie". Elle a présenté sa démission.

Argent ou conduite à risque, les Suédois ne laissent rien passer. Résultat, la Suède est le troisième pays le moins corrompu au monde.

(WOLFRAM STEINBERG/DPA / DPA)